GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    L’ancien président tchadien Hissène Habré est condamné à la prison à perpétuité par les Chambres africaines extraordinaires
    Europe

    L'accord est entré en vigueur, mais les migrants continuent d'arriver en Grèce

    media Un bateau de migrants à l'approche des côtes de l'île grecque de Lesbos au lever du jour, le dimanche 20 mars 2016. REUTERS/Alkis Konstantinidis

    Tous les migrants arrivés en Grèce depuis ce dimanche sont désormais susceptibles d'être renvoyés en Turquie. L'accord passé entre la Turquie et l'Union européenne est entré en vigueur. Selon la chancelière allemande, Angela Merkel, aucun renvoi n'aura lieu avant le 4 avril. En attendant, les migrants continuent pourtant d'arriver sur les îles grecques et Athènes a prévenu qu’il faudrait du temps pour s’organiser.

    Avec notre correspondante à Athènes, Charlotte Stiévenard

    Dans l'après-midi, dimanche, rien que sur l'île de Lesbos, 800 personnes avaient débarqué. Selon la police grecque, ces traversées ont fait quatre morts en mer Egée. Parmi eux, deux fillettes d'environ un et deux ans. Des migrants qui continuent d'être enregistrés normalement avant la mise en place de la nouvelle procédure qui devra permettre d'identifier ceux qui seront renvoyés en Turquie, selon l'accord conclu le 18 mars par l'Union européenne et la Turquie

    Les réfugiés arrivés avant le 20 mars doivent quant à eux quitter les îles. Mais beaucoup restent méfiants. Un ferry spécialement affrété par le gouvernement est parti à moitié plein de Lesbos ce dimanche, avec 1 400 personnes à bord. Un jeune Syrien présent dans un camp de cette île explique que beaucoup craignent d'être envoyés dans des camps fermés ou de perdre le fil de leur demande de relocalisation ou de réunification familiale débutée à Lesbos.

    Sur place, les autorités tentent de leur expliquer que tout continuera comme prévu pour eux, mais depuis le continent. Parallèlement, sur place, la police tente de convaincre les nationalités qui sont considérées comme migrants économiques de se faire enregistrer elles aussi. Beaucoup refusaient jusqu'ici par crainte d'être enfermés dans des centres de rétention pour migrants et d'être renvoyés dans leur pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.