GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 24 Juillet
Mardi 25 Juillet
Mercredi 26 Juillet
Jeudi 27 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 29 Juillet
Dimanche 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Insécurité: déploiement de 8 500 militaires à Rio de Janeiro (officiel)
    • Tir nord-coréen: Washington et Séoul étudient des «options de réaction militaire» (Pentagone)
    • Allemagne: l'auteur de l'agression au couteau a 26 ans et est né aux Emirats arabes unis (police)
    • Le tir de missile nord-coréen «menace sérieusement» la paix et la sécurité (UE)
    • Projet de loi confiance: l'Assemblée nationale vote la fin de la réserve parlementaire
    • La Corée du Nord a tiré un missile intercontinental, sur un millier de km (Pentagone)
    • Turquie: liberté conditionnelle pour sept collaborateurs du journal Cumhuriyet (tribunal)
    • Allemagne: attaque au couteau dans un supermarché à Hambourg, une personne tuée
    Europe

    Grèce: les réfugiés de Konitsa

    media Ils seraient près de 9000 migrants et réfugiés, dans le camp d'Idomeni, pour 1500 places. REUTERS/Alexandros Avramidis

    Malgré l’accord passé entre l’Union européenne et la Turquie, plus de 45 000 réfugiés sont toujours bloqués en Grèce. Pour « délester » les points chauds comme le camp d’Idomeni, sur la frontière macédonienne, le gouvernement tente de les reloger dans des camps disséminés à travers le pays, comme à Konitsa.

    Avec notre envoyé spécial à Konitsa, Jean-Arnaud Dérens

    Le village de Konitsa est un nid d’aigle accroché aux montagnes du Pinde. Le cadre pourrait être paradisiaque, si la crise, ici aussi, n’était venue faire ses ravages. La moitié des habitants sont partis vers les grandes villes, et les vitrines fermées se succèdent dans la rue centrale. C’est ici qu’il y a une semaine, le gouvernement grec a installé 167 réfugiés syriens, directement conduits à Konitsa depuis le port du Pirée où ils venaient de débarquer.

    Les réfugiés sont très correctement logés dans un vaste centre d’hébergement dépendant du ministère du travail et des affaires sociales. La frontière albanaise n’est qu’à une vingtaine de kilomètres et certains se demandent si les réfugiés ne vont pas tenter de poursuivre leur voyage en pénétrant dans le pays voisin. Une hypothèse que rejette Katerina Boupoulou, la directrice du centre « Lors des entretiens que j’ai eu dernièrement avec les réfugiés syriens, ils m’ont tous dit qu’ils se sentaient en sécurité dans ce camps. Pour l’instant, ils préfèrent attendre ici. Nous accueillons surtout des familles avec des enfants en bas âge, et je ne crois pas qu’elles soient prêtes à mettre leurs vies en danger. Ce serait une entreprise trop difficile ».

    Pour autant, personne ne sait ce qu’il adviendra de ces réfugiés. Resteront-ils en Grèce ? Le gouvernement pourra-t-il longtemps subvenir à leurs besoins ? Dimanche, 1 200 autres réfugiés sont arrivés à Ionnina, à une cinquantaine de kilomètres plus au sud, également tout près des frontières de l’Albanie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.