GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Attentats à Bruxelles: la capitale belge figée pour une minute de silence

    media En signe de solidarité suite aux attentats qui ont frappé Bruxelles, des passants se tiennent par la main, place de la Bourse, le 23 mars 2016. REUTERS/Francois Lenoir

    En Belgique, au lendemain des attentats qui ont frappé l'aéroport international et le métro de Bruxelles, le choc et l’incompréhension perdurent. Trois jours de deuil national ont débuté le 23 mars. Une minute de silence en hommage aux 31 victimes vient de se dérouler, ce mercredi à midi.

    Avec notre envoyé spécial à Bruxelles, Pierre Olivier

    La minute de silence a été fortement suivie dans la capitale belge, malgré le bruit incessant des hélicoptères de la police. La ville s’est comme figée. La circulation autour du rond-point Schuman s’est complètement interrompue.

    Ce rond-point Schuman est le centre névralgique des institutions européennes : il est proche de la station de métro Maelbeek. En face, la Commission européenne, et à l’intérieur, le roi Philippe, la reine Mathilde, ainsi que le Premier ministre Charles Michel ou encore le Premier ministre français, Manuel Valls. Tous ont observé cette minute de silence.

    En larmes

    Non loin, des passants se sont arrêtés sur une place. Ils ont retiré les écouteurs de leurs oreilles. Certains sont encore en train de se recueillir, la tête baissée, les mains croisées, parfois en larmes. Les douze coups sonnés par le clocher de l’église voisine de Saint-Dominique n’ont fait qu’accentuer le silence et l’émotion.

    C’est suffisamment marquant pour être souligné : pendant cette minute, personne ne regarde son téléphone portable ou même ne prend des photos comme pour se retrouver quelques instants seuls face à la mémoire de ces victimes.

    Enfin dans le centre-ville, sur la place de la Bourse, plusieurs centaines de personnes s’étaient également réunies sous haute sécurité. Certaines parfois sont venues à pied, faute de transports en commun.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.