GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juillet
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Attentats de Bruxelles: réunion des 28 ministres de l'Intérieur et de la Justice

    media De gauche à droite, les ministres de l'Intérieur espagnol, allemand, néerlandais, belge et le commissaire européen aux Affaires intérieures, lors d'une réunion extraordinaire à Bruxelles, deux jours après les attentats qui ont frappé la capitale belge. REUTERS/Francois Lenoir

    Les 28 ministres de l'Intérieur et de la Justice se sont retrouvés ce jeudi 24 mars dans la capitale belge pour une réunion exceptionnelle, deux jours après les attentats de Bruxelles, pour mieux se coordonner en matière de lutte contre le terrorisme. Encore une fois, la réunion a accouché d'une souris.

    Avec notre correspondante à Bruxelles,  Joana Hostein

    La réunion de crise avait un double objectif : d’abord se montrer solidaire du gouvernement belge durement éprouvé par le double attentat du mardi 22 mars, mais aussi faire taire les mauvaises langues qui dénoncent « la naïveté et l’angélisme » des autorités belges sur la gestion de la menace jihadiste sur leur territoire.

    « Il y a eu des attentats dans le Thalys, il y a eu des attentats au Danemark, il y a eu des attentats déjoués au Royaume-Uni, plusieurs, est-ce qu’on conclut que les Français sont incompétents parce qu’il y a eu deux attentats en France, est-ce qu’on dit ça au Danemark ? Non ! », s'insurge Gilles de Kerchove, coordonnateur antiterroriste européen.

    « C’est un phénomène qui n’est pas simplement belge, ajoute-t-il. On est confronté à des gens qui sont prêts à se suicider. Ce n’est pas simple à identifier. La Belgique est très mobilisée et prend toutes les mesures possibles pour essayer non seulement de conduire les enquêtes au mieux, mais aussi d’éviter d’autres attentats. »

    L’autre objectif de la réunion de crise était d’accélérer la mise en œuvre de décisions maintes fois discutées depuis la fusillade à Charlie Hebdo : renforcement des contrôles aux frontières extérieures, création d’un registre européen des passagers aériens, lutte contre le trafic d’armes et les faux documents d’identité très utilisés par les réseaux djihadistes. Il est temps de passer à la vitesse supérieure, ne pas attendre un nouvel attentat pour que l’Europe agisse, insistent en chœur les Vingt-Huit. Mais au-delà des mots, cette rencontre s’est terminée, une fois de plus, sans l’annonce de mesure concrète.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.