GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Bruxelles post-attentats: «Il faut s'adapter à une autre ville»

    media L'accès à la gare centrale de Bruxelles est désormais très contrôlé. Bruxelles, le 23 mars 2016. Reuters/Vincent Kessler

    Après les attentats du mardi 22 mars, Bruxelles est en alerte terroriste de niveau 4, le maximum. Une mesure qui a des conséquences sur la vie quotidienne pour les habitants. La capitale belge n'est pas confinée comme en novembre dernier, écoles et commerces étaient ouverts ce mercredi. Mais les mesures de sécurité ont été renforcées.

    Ce sont surtout les déplacements en transports en commun qui restent délicats, rapporte notre envoyé spéciale, Anastasia Becchio. En surface, la vie semble avoir repris son cours quasi normal dans le centre de Bruxelles : tous les tramways fonctionnent, il y a quelques embouteillages dans les rues aux heures de pointe. Des tunnels restent fermés, mais hier [mercredi] soir, la rue de la Loi, la rue des institutions belges et européennes a rouvert à la circulation.

    Le métro qui s’est arrêté hier à 19 heures, alerte de niveau 4 oblige, a repris du service à 7h ce jeudi mais en raison des contrôles de sécurité, la situation est encore très délicats. A l'entrée dans le métro, policiers et militaires présents font des fouilles systématiques des sacs ce qui crée de longues files d’attente. Aussi y a-t-il peu de monde dans les travées et l'ambiance est assez lourde. Deux lignes sur six sont encore à l’arrêt aujourd’hui.

    Contrôles renforcés dans les gares

    Ecoutez le reportage de notre envoyée spéciale à Schaerbeek, quartier de Bruxelles où une importante cache d'armes a été découverte 24/03/2016 - par Anastasia Becchio Écouter

    Beaucoup d'attente aussi à l’heure de pointe à l'entrée des grandes gares, en début de soirée hier lorsque les dizaines de milliers de « navetteurs », ces personnes qui travaillent dans la capitale, mais vivent en dehors, rentraient chez eux. Devant la gare centrale de Bruxelles, une longue file de voyageurs s'était formée sur la place du carrefour de l'Europe, rapporte notre correspondante Laxmi Lota. Les bagages de chaque personne sont fouillés. On ne peut désormais accéder à la gare que par une entrée.

    Les passagers attendent dans le calme, ils estiment que cette vérification est nécessaire. « Ça fait peur, mais on se sent encadrés, confie une jeune femme. On voit qu’il y a beaucoup de militaires, la police est présente ». « Je trouve ça sécurisant, même si c’est vrai que si on est pressés cela risque de poser quelques soucis, mais on prend nos dispositions et moi je trouve ça bien », réagit une autre femme.

    Au lendemain des attentats, les habitants prennent encore leurs repères : « Il faut s'adapter à une autre ville », témoignent les Bruxellois.

    Aéroport toujours fermé

    L'aéroport international de Bruxelles ne rouvrira pas au trafic voyageurs
    avant samedi au plus tôt. La direction a fait savoir que seuls des vols cargo
    et les vols privés de l’aviation générale avaient reçu le feu vert pour voler à nouveau depuis hier soir.

    Enfin la sécurité autour des institutions européennes à Bruxelles et Strasbourg, ainsi qu'autour des centrales nucléaires belges a été renforcée.

    → A (RE)ECOUTER : Bruxelles, le jour d’après

    REUTERS/Vincent Kessler

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.