GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Aujourd'hui
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grande fatigue et tensions accrues pour les réfugiés du no man's land d'Idomeni

    media Les migrants coincés au camp d'Idomeni, dans la boue et soue une pluie incessante. REUTERS/Alexandros Avramidis

    Douze mille réfugiés sont bloqués à la frontière entre la Grèce et la Macédoine, au camp d'Idomeni. Ils attentent une réouverture de la frontière depuis deux à trois semaines pour certains. Certains de ces migrants tentent de faire bouger les lignes.

    Avec notre envoyée spéciale au camp d’Idomeni à la frontière entre la Grèce et la Macédoine, Charlotte Stievenard

    Les réfugiés ont décidé de bloquer la route qui mène jusqu’à la frontière macédonienne depuis hier, mercredi 23 mars. Une manifestation pacifique de quelques centaines de personnes, surtout des Syriens et des Irakiens avec comme revendication notamment l’ouverture de la frontière, alors que certains attendent ici depuis plus de deux semaines.

    Un meilleur accès au système des relocalisations

    Mais ce 24 mars au matin, ils n’étaient plus qu’une grosse vingtaine à attendre sous la pluie et dans le vent à côté de leurs tentes. Lorsque la police est venue leur demander de quitter les lieux, ils ont accepté, résignés, face au manque de mobilisation.

    En dehors de l’ouverture de la frontière ils demandent aussi un meilleur accès au système des relocalisations. Certains aimeraient bien faire partie de ce programme qui doit permettre de les envoyer ailleurs en Europe. Mais plus possible de s’inscrire directement dans le camp d’Idomeni. Il faut obtenir un rendez-vous en passant par le système de communication par Internet Skype. Or, la connexion est mauvaise sur place. D’autres ne veulent pas faire partie de ce programme car ils veulent rejoindre leurs familles déjà dans certains pays européens.

    Grande fatigue et tensions accrues

    Dans tous les cas, cet état de fatigue et d’incertitude crée parfois des tensions, les gens sont impatients. C’est ce qui a conduit l’organisation gouvernementale Médecins Sans Frontières à quitter provisoirement les lieux et alors que la situation est plus calme, ils pensaient revenir offrir leurs services dans le camp ce matin.

     

    Maintenant nous sommes dans une situation critique. Nous ne sommes pas en Europe et nous ne sommes pas chez nous. Nous voulons trouver une solution...
    Reportage à Idomeni de Charlotte Stievenard 24/03/2016 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.