GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Aujourd'hui
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Belgique: meurtrie, la ville de Bruxelles s'inquiète pour ses touristes

    media Un soldat belge devant un commerce de bandes dessinées. REUTERS/Vincent Kessler

    Trois jours après les attentats, qui ont fait 31 morts et plusieurs centaines de blessés, la vie reprend peu à peu son cours dans la capitale belge. Mais la méfiance et la peur sont bien présentes, chez les touristes notamment, directement visés dans l'attaque contre l'aéroport. Pour les commerçants comme pour les professionnels du secteur touristique, les conséquences de ces attaques se font déjà sentir.

    Depuis les attentats du mardi 22 mars, les vols commerciaux - 600 en moyenne chaque jour - sont suspendus à l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem. Ce dernier restera fermé au moins jusqu'à dimanche inclus. Une partie des vols est reportée sur les autres aéroports du pays.

    Ces aéroports, bien plus petits, s'adaptent tant bien que mal à cet afflux soudain de passagers et d'avions. A l'aéroport de Charleroi, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Bruxelles, de longues files s'étirent devant l'une des deux seules entrées ouvertes du terminal. Les voyageurs prennent leur mal en patience.

    Seuls les passagers munis d'un billet électronique ou d'une carte d'embarquement sont autorisés à entrer à l'intérieur du terminal. Appuyé sur une grosse valise, Michel fait la queue depuis une demi heure à l'entrée du terminal... il espère s'envoler pour Casablanca
    Reportage de notre envoyée spéciale à l'aéroport de Charleroi 25/03/2016 - par Anastasia Becchio Écouter

    Les attaques ont profondément choqué les touristes, directement visés à l'aéroport. Les commerçants redoutent une baisse d'affluence dans les semaines et les mois à venir. A quelques mètres du célèbre Manneken Pis, dans le centre de Bruxelles, RFI a recontré Benjamin Sterck, vendeur dans la chocolaterie Elizabeth.

    Ce dernier constate une nette chute de son chiffre d'affaires : « On avait l'impression la semaine dernière que tout doucement les affaires commençaient à reprendre. Et on espérait que les vacances de Pâques, qui arrivaient, allaient être le déclencheur. Là, c'est un nouveau coup », confie-t-il.

    Les commerçant craignent les jours à venir, annociateurs d'annulations de réservations. Le tourisme représente plus de 5 % du produit intérieur brut belge. « Pour le tourisme, ça va être une catastrophe, ça c’est clair. Eux, les touristes, ont vraiment encore vécu beaucoup plus intensément les choses que nous. Pour eux, c’était terrible ! », explique Benjamin Sterck.

    « Alors que nous, dedans, c’était presque irréel, continue le vendeur, selon qui « concrètement, ceux qui vivent à Bruxelles vont peut-être plus facilement et plus rapidement reprendre leur train de vie et quelque part se dire : Eh bien voilà, à un moment donné, après le choc, le lendemain du choc, on avance. »

    28 BELGIQUE _Enrobé Centre-ville de Bruxelles 7h 25/03/2016 - par Pierre Olivier Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.