GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Aujourd'hui
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Reportage à Srebrenica, pendant l'énoncé du verdict contre Radovan Karadzic

    media Vue de Srebrenica, petite ville de Bosnie-Herzégovine, où près de 8000 personnes ont été massacrées, en juillet 1995. RFI/ Laurent Geslin

    Le tribunal pénal pour l'ex-Yougoslavie a condamné Radovan Karadzic ce jeudi 24 mars après-midi à quarante ans de prison. L'ancien chef politique des Serbes de Bosnie a été reconnu coupable de génocide pour le massacre de 8 000 hommes musulmans à Srebrenica en juillet 1995. À Srebrenica, la population veut désormais tourner la page d'un passé toujours aussi difficile à porter.

    Avec notre envoyé spécial à Srebrenica,  Simon Rico

    Ce jeudi après-midi, les rues de Srebrenica étaient désertes pendant que le juge O Gon Kwon énonçait sa longue sentence contre l'ancien chef des Serbes de Bosnie. Dans les cafés du centre-ville, de rares clients ont bien assisté à sa retransmission en direct, mais à l'annonce du verdict, aucun n'a réagi. La reconnaissance du caractère génocidaire du massacre de Srebrenica était pourtant très attendue dans la ville martyre des guerres yougoslaves. Après plus de vingt ans de polémiques, les habitants de Srebrenica sont fatigués de devoir sans cesse ressasser le passé.

    « Mais qui va vous dire quoi ce soit là-dessus à Srebrenica ? On a déjà dit tout ce qu'on avait à dire et en vrai, personne ne nous demande notre avis, s'insurge Branimir, le patron du café-restaurant serbe « chez Bato ». L'Occident fait ce qu'il veut à Srebrenica, il donne de l'argent à qui il veut, il nomme même ceux qui nous dirigent. Nous sommes des moutons... Que vous dire d'autre ? »

    Si c'est à Srebrenica que le nettoyage ethnique théorisé par Radovan Karadzic pendant la guerre de Bosnie a fait les pires ravages, beaucoup estiment ici que la lourde peine qu'a infligée la justice internationale à l'ancien chef des Serbes de Bosnie ne résoudra rien. Avant la guerre, Srebrenica était un centre industriel prospère de 35 000 habitants. Aujourd'hui, la ville compte à peine 7 000 âmes, dont plus de 45% de chômeur.

    → A (ré)écouter : Srebrenica se souvient dans la douleur

    Pour le génocide de Srebrenica une fois de plus, les juges ont reconnu qu'il y avait un plan préparé d'avance, qui avait comme objectif d'éliminer tous les hommes entre 16 et 70 et qu'il y avait une intention génocidaire derrière ces crimes
    Serge Brammertz, procureur du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie 25/03/2016 - par Pierre Benazet Écouter

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.