GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Arrestations en Belgique en lien avec un projet d'attentat déjoué en France

    media Un policier belge, lors d'une précécente opération antiterroriste à Schaerbeek, le 25 mars 2016. REUTERS/Vincent Kessler

    Une opération antiterroriste d’envergure a été lancée ce vendredi 25 mars 2016 dans plusieurs communes bruxelloises. Trois personnes ont été interpellées dans le cadre de l'enquête conduite à la suite de l'attentat déjoué jeudi 24 mars à Argenteuil en France. Même si le réseau terroriste des récentes attaques à Bruxelles et à Paris est « en voie d'être anéanti » selon François Hollande, le président averti : « Il y a toujours une menace qui pèse. »

    La lutte antiterroriste s’accentue en France et en Belgique. Un nouveau projet d'attentat en France a été déjoué jeudi soir près de Paris, conduisant à l'arrestation de suspects en France et en Belgique, dont l'un était lié avec l'organisateur présumé des attaques jihadistes de novembre à Paris, Abdelhamid Abaaoud.

    Le président français François Hollande a affirmé que le réseau à l'origine des attentats du 13 novembre à Paris et des attentats de Bruxelles du 22 mars est « en voie d'être anéanti ». Mais le président français a précisé « qu’il y a toujours une menace qui pèse ». « Nous avons eu des résultats pour retrouver les terroristes et, aussi bien à Bruxelles qu'à Paris, il y a eu un certain nombre d'arrestations », a déclaré le président Hollande en recevant l'ex-président israélien Shimon Peres.

    ■ Trois arrestations en Belgique liées à l'attentat déjoué en France

    Le parquet fédéral belge a annoncé que trois personnes ont été arrêtées vendredi 25 mars dans plusieurs communes de Bruxelles dans le cadre de l'enquête conduite à la suite de l'attentat déjoué la veille à Argenteuil en France.

    Il s’agit des communes de Forest, Saint-Gilles et Schaerbeek. Selon le parquet, dans les deux premières, les personnes appréhendées lors de cette opération antiterroriste d'envergure sont dénommées respectivement « Tawfik A. » et « Salah A. ».

    C’est de la commune de Schaerbeek que sont partis les auteurs de l’attentat qui a frappé mardi l’aéroport de Bruxelles-Zaventem.

    Opération antiterroriste à Schaerbeek

    Notre correspondante Joanna Hostein s'est rendue en plein cœur de la commune de Schaerbeek, sur la place déserte complètement bouclée par les forces de l'ordre. « Plusieurs détonations ont été entendues. Elles sont le fait des services de déminage, selon le bourgmestre de la commune, Bernard Clerfayt, une personne aurait été neutralisée et blessée », relate notre correspondante.

    Toujours selon notre journaliste, la personne interpellée aurait été arrêtée avec un sac contenant des explosifs. Selon le bourgmestre de la commune, les opérations de police seraient maintenant terminées.

    « Cette commune de Schaerbeek est déjà apparue plusieurs fois dans l’enquête, précise notre correspondante, c’est là que l’on a retrouvé des explosifs et des valises remplies de clous et de vis, des détonateurs dans un appartement qui aurait été loué donc par l’un des frères El-Bakraoui. »

    Un homme interpellé dans le quartier bruxellois de Schaerbeek - témoignage 25/03/2016 - par Laxmi Lota Écouter

    Les empreintes digitales et l’ADN de Salah Abdeslam avaient également étaient retrouvées dans l’un des appartements de la commune, qui aurait donc servi à confectionner les ceintures explosives utilisées à Paris.

    Salah Abdeslam ne coopère plus avec les enquêteurs, selon le ministre belge de la Justice. « Le procureur fédéral vient de m'informer que Salah Abdeslam ne voulait plus parler depuis les attaques de Zaventem et du métro de Bruxelles », qui ont fait 31 morts et quelque 300 blessés, a déclaré aux députés belges le ministre de la Justice Koen Geens lors d'une réunion d'une commission parlementaire consacrée au terrorisme.

    ■ Arrestation de Reda Kriket en région parisienne

    Cette opération lancée ce vendredi en Belgique est liée à l'arrestation de Reda Kriket, 34 ans, interpellé jeudi 24 mars en région parisienne pour un projet d'attentat en France, selon des sources policières citées par l'AFP. Plusieurs fusils d'assaut, dont des kalachnikovs, et des explosifs, dont du TATP, ont été retrouvés dans un appartement qu'il occupait.

    Reda Kriket fait partie de la mouvance du prédicateur bruxellois Khalid Zerkani, tout comme Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attaques de Paris, ou encore Najim Laachraoui, mort en kamikaze à l'aéroport de Bruxelles.

    Actuellement emprisonné, Zerkani, 41 ans, est décrit par la justice belge comme le « plus grand recruteur » de jihadistes en Belgique.  

    Y a-t-il eu des râtés ?

    Pour ce qui est des attentats de Bruxelles, trois ministres ont été entendus hier par le Parlement belge, qui a mis en place une commission parlementaire aux pouvoirs étendus pour déterminer les ratés qui ont pu permettre ces attaques. 

    Les ministres de la Justice et de l’Intérieur ont mis en cause le flou des informations transmises l’an dernier par Ankara à propos d’un des kamikazes de Bruxelles, Ibrahim El Bakraoui, arrêté en 2015 en Turquie. Les autorités turques ont d'ailleurs maintenu ce vendredi que c'est Bruxelles qui avait négligé ses informations.

    Les ministres belges ont également fustigé leur agent de liaison à Istanbul, qui n’a pas, comme Bruxelles le lui avait demandé, transmis d’informations sur le futur kamikaze avant qu'il ne revienne en Belgique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.