GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Perturbation de l'hommage à Bruxelles: la colère du bourgmestre de la capitale

    media Des holigans ont perturbé l'hommage rendu aux victimes des attentats de Bruxelles, le 27 mars 2016. REUTERS/Yves Herman

    Les hommages aux victimes des attentats de Bruxelles ont été perturbés, dimanche 27 mars 2016 sur la place de la Bourse, où sont déposées fleurs et bougies, et où se recueillent les habitants. Quelque 400 hooligans ont envahi les lieux. Le bourgmestre de la capitale, Yvan Mayeur, est furieux : cela aurait pu être évité, selon lui.

    Avec notre correspondante à Bruxelles Laxmi Lota

    Le bourgmestre de Bruxelles pointe du doigt les autorités de Vilvorde et le ministre de l'Intérieur belge, Jan Jambon. Selon lui, « il y avait une information disant que 400 hooligans étaient prêts à venir dans la capitale », mais « certains n'ont pas pris leurs responsabilités », fustige Yvan Mayeur. Il explique que les extrémistes se sont rassemblés à Vilvorde, que la police n'a rien fait et qu'ils ont ainsi pu monter dans le train pour la gare du Nord de Bruxelles.

    Jan Jambon, de son côté, dit avoir mis les moyens pour contenir les fauteurs de trouble. La police a en effet rapidement repoussé les hooligans, mais Yvan Mayeur rétorque : « Les renforts n’étaient pas prévus pour nous protéger de ces hooligans, mais d’une autre menace. »

    Autres réactions dans le monde politique après ces débordements : le chef de file du mouvement libéral parle de « faute évidente » du bourgmestre de Vilvorde. De son côté, Bart de Wever, le président de la N-VA, parti nationaliste flamand auquel appartient le ministre Jan Jambon, a préféré garder ses distances pour, selon lui, « ne pas donner trop d'importance aux hooligans ». « Il faut garder son sang-froid », a pour sa part demandé le Premier ministre Charles Michel.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.