GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Février
Samedi 18 Février
Dimanche 19 Février
Lundi 20 Février
Aujourd'hui
Mercredi 22 Février
Jeudi 23 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Débat télévisé entre Mélenchon, Hamon, Macron, Fillon et Le Pen le 20 mars sur TF1 (communiqué)
    • Autriche: la justice donne son feu vert pour l'extradition de l'oligarque ukrainien Firtach vers les Etats-Unis
    • La consommation intérieure brute d'énergie de l'UE est passée en 2015 sous son niveau de 1990 (Office de statistiques européen)
    • France: fermeture de l'un des derniers cercles de jeux parisiens, cinq hommes ont été interpellés (proche enquête)
    • Israël: le soldat Azaria condamné à dix-huit mois de prison pour la mort d'un Palestinien
    • Libye: les corps de 74 migrants découverts sur une plage non loin de Tripoli (Croissant-Rouge libyen)
    • La facture du Brexit sera «très salée» pour Londres, avertit Jean-Claude Juncker
    Europe

    Grèce: peu de changement pour les migrants du Pirée après l'accord UE-Turquie

    media Des migrants sur le port du Pirée, près d'Athènes, le 14 juin 2015. REUTERS/Yannis Behrakis

    Après l'accord Union européenne-Turquie, les migrants sont moins nombreux à débarquer sur les côtes grecques. Selon les statistiques publiées par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), jusqu'au 26 mars, seules quelques centaines, voire dizaines de personnes par jour ont fait la traversée. Au port du Pirée, 5 000 personnes attendent toujours quant à elles d'être logées dans de meilleurs camps ou de pouvoir quitter le pays. Pour la majorité d'entre elles, cet accord ne change pour l'instant pas grand-chose.

    Avec notre correspondante à Athènes,  Charlotte Stiévenard

    Au port du Pirée, les réfugiés logent toujours dans ces tentes multicolores que l'on voit partout. Au quotidien, ils parlent peu de l'accord entre l'Union européenne et la Turquie. Beaucoup ne semblent pas réaliser ses effets. « La solution, c'est qu'en Syrie Assad parte, et tout le monde rentrera. Ça, c'est mieux », confie un Syrien d'une cinquantaine d'années. Pour lui, bloquer les réfugiés en Turquie n'est pas une solution.

    C'est ce que pense aussi son voisin, dans une tente juste à côté de la sienne. Cet enseignant d'anglais n'est pas étonné quand on lui dit que le nombre de réfugiés qui arrivent en Grèce a diminué depuis la mise en place de l'accord. Par le bouche-à-oreille, il a entendu que les passeurs font désormais d'autres propositions aux migrants « parce qu'ils essayent de trouver de nouvelles routes. Désormais, les annonces sont pour des voyages en bateau, ils font 300 mètres de long et vont vers l'Italie. La route change », explique-t-il.

    Parmi les réfugiés du Pirée, le sujet de conversation principal, c'est la frontière au nord de la Grèce. Les rumeurs de réouvertures sont nombreuses. Dans le camp à la frontière, le gouvernement a annoncé qu'il allait envoyer des interprètes pour diffuser des informations fiables.

    REPORTAGE
    Désormais, les annonces [des passeurs] sont pour des voyages en bateau, ils font 300 mètres de long et vont vers l'Italie. La route change.
    Avec les migrants au port du Pirée 29/03/2016 - par Charlotte Stiévenard Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.