GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: la démission du procureur général approuvée par le Parlement

    media Le procureur Shokine le 2 novembre 2015 à Kiev. REUTERS/Valentyn Ogirenko

    Après de multiples pressions occidentales et des semaines de négociations, la Rada, le Parlement ukrainien, a finalement avalisé la démission du procureur général Viktor Shokine, accusé de recourir à des méthodes de justice sélective. Un départ qui fragilise encore un peu plus le gouvernement du Premier ministre Arseni Iatseniouk, qui a de peu échappé à une motion de censure le mois dernier.

    Avec notre correspondant à Kiev,  Laurent Geslin

    La justice ukrainienne va-t-elle enfin pouvoir lutter efficacement contre la corruption qui gangrène le pays ? C'est la question que se posent les militants de la société civile, après le départ du très controversé procureur général Viktor Shokine, un proche du président Petro Porochenko, accusé de ne pas avoir ouvert d'enquêtes sur les malversations des obligés de l'ancien chef de l'Etat, Viktor Ianoukovitch.

    Il y a deux jours, Viktor Shokine avait au contraire ouvert une enquête pour détournement de fonds contre le Centre d'action anticorruption, une association luttant pour une bonne gouvernance en Ukraine.

    Quelques heures avant son départ, Viktor Shokine a aussi renvoyé le procureur Davit Sakvarelidze, dont l'équipe refusait de se soumettre à ses consignes. « Cette attaque, contre moi et mon équipe est le signe que le pouvoir n'a aucune intention de lancer de vraies réformes. C'est un fait. Mais je suis fier du combat que nous avons mené tous les jours », a-t-il déclaré.

    Depuis des semaines, les Américains réclamaient la tête de Viktor Shokine, une condition jugée nécessaire pour endiguer la corruption et débloquer la ligne de crédit de 18 milliards de dollars promise par le Fonds monétaire international (FMI).

    L'homme qui remplacera Viktor Shokine pourra-t-il cette fois-ci s'attaquer à une réforme structurelle de la justice ? Rien n'est moins sûr, tant politique et affaires font bon ménage en Ukraine.

    Lire aussi : Ukraine: Arseni Iatseniouk échappe à un vote de défiance au Parlement

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.