GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Portugal-Belgique: un match sous le signe de l'unité

    media L'équipe de Belgique, soudée durant la minute de silence avant le match contre le Portugal, le 29 mars 2016. REUTERS/Rafael Marchante

    La défaite de la Belgique au Portugal (2-1) sera vite oubliée : c'était d'abord une soirée d'hommage aux victimes mardi, une semaine après les 32 morts des attentats de Bruxelles. Ce match amical délocalisé à Leiria, dans le centre du Portugal, pour raisons de sécurité.

    Avec notre correspondante à Lisbonne,  Marie-Line Darçy

    A Leiria, où la rencontre avait été délocalisée après les attentats, les mesures de sécurité n'ont pas été laissées au hasard. Le match s'est déroulé dans le calme. Clameur puis minute de silence, la soirée était pleine d'émotion. Pendant l'échauffement, les Diables rouges avaient revêtu un maillot spécial, où l'on pouvait lire en anglais : « En mémoire de toutes les victimes de Bruxelles 22.03.2016. »

    Une ou deux centaines de supporters belges avaient fait le déplacement pour ce match bien différent. Parmi eux, Thierry Courtois, le père du gardien de but belge. « C'est vrai qu'on aurait préféré que ce soit à Bruxelles. Il y a eu des attentats, mais il faut que la vie continue malheureusement. Il faut se souvenir des victimes. J'espère qu'il n'y en aura plus, c'est peut-être une utopie, mais j'espère que le monde va s'améliorer », espère-t-il.

    Certains Portugais avaient choisi d'arborer les couleurs belges, comme Philomène. Elle vit depuis 38 ans à Bruxelles et tenait à montrer sa solidarité. « On est là pour soutenir, et dire que nous sommes ici pour dire de vivre en paix, heureux. Je respecte tout le monde, et tout le monde doit nous respecter nous aussi. »

    Les quelque 24 000 spectateurs du stade de Leiria se sont montrés solidaires : pas question de laisser la place à la peur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.