GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: Dilma Rousseff court contre la montre

    media La présidente brésilienne Dilma Rousseff. REUTERS/Ueslei Marcelino

    La présidente a perdu son principal allié au sein de la coalition gouvernementale. Le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB, centre) a rompu son alliance avec le Parti des travailleurs (PT). Engluée dans la vaste affaire de corruption Petrobras, Dilma Rousseff fait face à une procédure de destitution que la sortie de son allié vient rendre plus menaçante. Elle a donc entrepris de se trouver de nouveaux alliés au Parlement. C’est une course contre la montre qui vient de s’engager pour la présidente.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro,  François Cardona

    La présidente dispose de très peu de temps pour recomposer sa coalition. Car les députés doivent se réunir mi-avril pour voter en faveur, ou non, de la destitution de Dilma Rousseff. Sa position est devenue très précaire. Son parti, le PT, a lancé une opération séduction pour tenter de rallier les députés indécis.

    Objectif : les convaincre de rejoindre la coalition gouvernementale, en leur proposant des portefeuilles ministériels. Ce marchandage politique est monnaie courante au Brésil, explique le professeur Hervé Théry, à São Paulo : « Les postes ministériels et les directions, jusqu'à assez bas dans la hiérarchie, sont distribués politiquement. On ne nomme pas les gens aux hauts échelons de l'Etat et des organismes publics sur leurs mérites, mais parce qu'ils ont été recommandés par tel ou tel ministre, député ou sénateur. Et donc le PMDB vient de donner l'ordre aux gens qui ont été nommés par sa recommandation de s'en aller. Ce qui va plonger le pays, l'administration, dans le chaos et on mettra d'autres gens, eux aussi recommandés. C'est le coeur du système politique brésilien qui a créé toutes les difficultés. »

    En ligne de mire de ces tractations : les membres du PP de centre-droit, troisième formation parlementaire avec 49 députés. Mais aussi le PSD, de centre-gauche. Tous deux encore divisés entre pro et anti-destitution.

    Aécio Neves soutiendrait une transition

    Les prochaines semaines vont être cruciales pour Dilma Rousseff. A cause de la crise politique actuelle, elle a dû annuler un déplacement aux Etats-Unis. Le scandale de corruption Petrobras a largement achevé de miner sa popularité.

    Elle ne dispose que de 10% d’opinion favorable dans la population. Et près de 68% des Brésiliens disent vouloir son départ de la présidence.

    L’opposition est en embuscade. Aécio Neves, le candidat de droite, vaincu par Dilma Rousseff lors de la dernière élection présidentielle, se dit déjà prêt à soutenir un éventuel gouvernement de transition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.