GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Dimanche 15 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Décembre
Mercredi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Mort du prix Nobel de littérature hongrois Imre Kertesz

    media Imre Kertesz, prix Nobel de littérature en 2002, est décédé le 31 mars 2016. Ici lors d’un discours au musée juif de Berlin, en 2008. REUTERS/Marcel Mettelsiefen

    L’auteur de Etre sans destin est décédé ce jeudi 31 mars. Prix Nobel de littérature en 2002, Imre Kertesz était le premier auteur de langue magyare distingué par cette prestigieuse récompense. Disparu à 86 ans, des suites d'une longue maladie, l'écrivain juif laisse une œuvre importante, marquée par sa captivité à Auschwitz puis Buchenwald.

    C'était l'un des derniers survivants des camps. A la réception de son prix Nobel, l'écrivain avait d'ailleurs déclaré que c'était peut-être la clé de son histoire : « Etre mort une fois pour continuer à vivre. »

    Né le 9 novembre 1929 à Budapest, Imre Kertesz, un nom qui signifie « jardinier » en hongrois, est déporté à l'âge de 15 ans. A son retour, il apprend que sa famille a été exterminée et qu'il est tout seul. Devenu journaliste, il survit en écrivant aussi des comédies musicales.

    En 1960, il commence son grand roman qu'il mettra 13 ans à finir et paru sous le titre Être sans destin, où il tente par l'invention littéraire de décrire l'univers concentrationnaire. Suivront d'autres textes majeurs comme Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas, ou encore Liquidation et Refus. Autant d'ouvrages où l'écriture apparaît comme chemin de survie pour surmonter la tragédie de la Shoah.

    Dans l'un de ses derniers livres, intitulé L'Holocauste comme culture, il avait eu cette formule saisissante : « J'ai donné forme à l'horreur que l'Allemagne a déversée sur le monde, que j'ai rendue aux Allemands sous forme d'art. » Un art au service duquel il a consacré toute sa vie avec modestie et humilité.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.