GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les Pays-Bas votent sur le projet de traité d'association entre l'UE et l’Ukraine

    media Le président ukrainien Petro Porochenko et le président du Conseil européen Donald Tusk, à Bruxelles le 27 août 2015. AFP PHOTO/ EMANNUEL DUNAND

    Les Néerlandais sont appelés aux urnes ce mercredi 6 avril. Ils doivent se prononcer par référendum pour ou contre le projet de traité d'association entre l'Union européenne et l’Ukraine. La ratification de ce traité a déjà été votée par le Parlement néerlandais, mais une nouvelle loi permet d'organiser ce référendum. Les sondages donnent pour l'instant des résultats contradictoires. Le « non » pourrait l'emporter, ce qui serait embarrassant pour les Pays-Bas qui président actuellement l'UE.

    Un véritable casse-tête se profile pour les partis politiques traditionnels néerlandais, et potentiellement pour l'Union européenne. Si le « non » l'emporte au référendum, le Parlement des Pays-Bas sera tenu de se prononcer une nouvelle fois sur le traité. Les députés auront alors deux solutions : désavouer le vote populaire en ratifiant une seconde fois le traité, ce qui est politiquement risqué à un an des élections générales dans le pays, ou s'y conformer et rejeter l'accord d'association avec l'Ukraine, ce qui l'empêcherait d'entrer en vigueur entièrement.

    Logiquement, les partis traditionnels néerlandais appellent largement à voter en faveur du traité d'association. Mais ils se heurtent à la campagne virulente menée par le parti d'extrême droite et plusieurs petites formations eurosceptiques qui ont fait porter le débat sur le fonctionnement de l’UE. « L'Ukraine nous est bien égal », a avoué publiquement l'un des responsables de la campagne pour le « non » avant d'expliquer : « Nous voulons sanctionner les institutions de Bruxelles ».

    Or selon les sondages, l'électorat néerlandais est de plus en plus hostile à l'Union européenne. Si le « non » l'emporte, les eurosceptiques néerlandais envisagent déjà d'organiser de nouveaux référendums pour contester d'autres décisions de l'UE. Un scénario envisagé avec angoisse à Bruxelles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.