GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Turquie: Erdogan propose la déchéance de nationalité pour lutter contre le PKK

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan en conférence de presse à Ankara, le 23 mars 2016. REUTERS/Murat Cetinmuhurdar/Presidential Palace Press Office

    En Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan a proposé une nouvelle mesure : la déchéance de nationalité pour lutter contre les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Cette proposition viserait de façon très large tous les « sympathisants » réels ou supposés du PKK.

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

    Recep Tayyip Erdogan persiste et signe : pas question de négocier avec les rebelles du PKK pour mettre fin au conflit dans le sud-est du pays. Le président turc se dit prêt à prendre toutes les mesures nécessaires pour éradiquer le mouvement kurde, y compris la déchéance de la nationalité.

    L’annonce a été faite devant un parterre d'avocats : « Ces gens ne méritent pas de vivre avec nous », a déclaré le président turc, en évoquant des traîtres à la nation.

    « Partisans déguisés »

    Cette déclaration inquiète et rappelle les années suivant le coup d'Etat militaire de 1980, quand des militants d'extrême-gauche avaient été déchus de leur nationalité. Surtout que le président Erdogan vise non seulement d'éventuels coupables d'actes terroristes, mais tous ceux qu'il qualifie de « complices » et des « partisans déguisés » en intellectuels.

    Cette définition très large vise depuis quelques mois des défenseurs des droits de l'homme, des avocats, des journalistes, des universitaires qui ont signé une pétition pour la paix. Un geste suffisant aux yeux du président turc pour être coupable de complicité de terrorisme.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.