GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    «Panama Papers»: David Cameron avoue avoir eu des parts dans un fonds offshore

    media Après plusieurs jours de pressions à la suite des révélations, le chef du gouvernement britannique David Cameron a avoué jeudi soir avoir détenu jusqu'en 2010 des parts dans le fonds fiduciaire de son père immatriculé aux Bahamas. REUTERS/Ben Pruchnie

    Le Premier ministre britannique a finalement reconnu qu'il avait bien touché de l'argent venant des paradis fiscaux. Après avoir refusé de répondre pendant quatre jours, David Cameron a avoué qu'il avait des actions venant de son père, qu'il a vendues en 2010.

    Avec notre correspondant à Londres, Eric Albert

    David Cameron a finalement avoué. Il a bien hérité d'argent venant des paradis fiscaux. Certes, c'était une somme relativement modeste de 40 000 euros sous forme d'actions dans le fonds d'investissement que son père dirigeait et il les a vendues en 2010, juste avant de devenir Premier ministre.

    Mais l'affaire est extrêmement embarrassante pour David Cameron. Il y a quatre jours, les « Panama Papers » révélaient que son père, aujourd'hui décédé, avait enregistré son fonds d'investissement aux Bahamas. Depuis, la question se pose : est-ce que le Premier ministre britannique a lui-même bénéficié de ce fonds ? David Cameron a d'abord évité la question, puis il a affirmé qu'il n'avait aucun fonds offshore, mais il parlait au présent et ne précisait rien sur le passé. Et finalement, sous le feu des questions, il a été obligé de reconnaître les faits.

    La révélation est d'autant plus gênante que le Premier ministre britannique a fait de la lutte contre l'évasion fiscale une priorité. Il y a quelques années, il estimait que l'utilisation des paradis fiscaux était « moralement condamnable ». Désormais, il reconnait qu'il a lui-même usé de ces pratiques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.