GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 26 Avril
Samedi 27 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    David Cameron et la tempête «Panama Papers» à la Une des journaux

    media Ce 7 avril 2016, le Premier ministre britannique, David Cameron, a reconnu avoir détenu des fonds dans des paradis fiscaux. REUTERS/Christopher Furlong/Pool

    David Cameron est au centre d'une tempête politique depuis qu'il a reconnu, le jeudi 7 avril 2016, avoir détenu jusqu'en 2010 des parts dans le fonds fiduciaire de son père, immatriculé aux Bahamas. Cet aveu a fait la Une de tous les journaux anglais. Le Premier ministre conservateur apparaît très affaibli par ces révélations.

    Avec notre correspondant à Londres,

    Toute la presse britannique a pratiquement choisi le même titre ce matin, se concentrant sur les aveux de David Cameron : « J'ai profité de l'argent des paradis fiscaux », écrit par exemple le Daily Mail, un tabloïd de droite. Le Guardian ajoute, clairement agacé : « David Cameron avoue enfin... »

    La presse britannique, souvent très agressive, s'en tient pourtant essentiellement à une couverture factuelle des événements. Il n'y a pas d'appel à la démission de la part des éditorialistes. Les journaux se contentent de souligner que David Cameron est très affaibli par ces révélations. Pour le Daily Telegraph, c'est la « pire semaine » que le Premier ministre ait connu jusqu'à présent.

    → A (RE)LIRE : « Panama Papers » : David Cameron avoue avoir eu des parts dans un fonds offshore

    Ce ton relativement mesuré s'explique sans doute par le fait que la somme est relativement limitée, environ 40 000 euros, et que le Premier ministre n'a rien fait d'illégal.

    En revanche, les critiques sont très dures sur le temps qu'il a fallu à David Cameron pour avouer : presque quatre jours avec pas moins de cinq déclarations différentes. C'était des « contorsions grotesques », estime le Daily Mirror.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.