GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Royaume-Uni: David Cameron durcit la législation contre l’évasion fiscale

    media Le Premier ministre britannique David Cameron, lundi 11 avril, à Londres. REUTERS/Stefan Wermuth

    David Cameron est passé à la contre-attaque ce lundi devant les députés britanniques. Le Premier ministre a défendu la société offshore de son père Ian, en répétant que ses affaires étaient tout à fait légales. David Cameron a par ailleurs présenté des mesures contre l’évasion fiscale, tandis que plusieurs personnalités politiques se sont, de leur côté, empressées de rendre publiques leurs déclarations d’impôts.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    David Cameron s’est efforcé de tirer un trait sur la polémique entourant sa participation passée dans la société offshore de son père et annoncé que la plupart des dépendances de la Couronne britannique, y compris les îles Caïmans et Vierges, considérées comme des paradis fiscaux, devraient désormais partager leurs informations fiscales avec Londres, et notamment l'identité des propriétaires de compagnies présentes sur leurs sols.

    Dans le cadre de sa contre-offensive, le chef du gouvernement a aussi annoncé une loi pour que les sociétés qui ne parviennent pas à empêcher leurs employés de faciliter l'évasion fiscale soient tenues pénalement responsables. Il a enfin confirmé la création d'un « groupe de travail » pour enquêter sur les révélations des « Panama Papers ».

    David Cameron s’est par ailleurs défendu d’avoir manqué de transparence dans ses affaires financières et mis au défi les hommes politiques les plus plus en vue de faire comme lui.

    Et c’est exactement ce qu’a fait dans la journée même son ministre des Finances George Osborne, le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn, ainsi que plusieurs autres députés.

    Le maire de Londres Boris Johnson a voulu lui aussi jouer la transparence, mais le montant révélé de plus de 500 000 euros d’impôts payés risque de faire grincer bien des dents, alors que l’opposition dénonce un système qui protège les intérêts des « super riches » contre les contribuables les plus pauvres.

    ► A (RE) LIRE : «Panama Papers»: Cameron se prend les pieds dans son opération transparence

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.