GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Présidentielle en Autriche: les grands partis traditionnels écartés?

    media Affiche des partisans du candidat du parti d’extrême droite, le FPÖ Norbert Hofer. REUTERS/Leonhard Foeger

    Les sociaux-démocrates et les conservateurs qui gouvernent l'Autriche au sein d'une grande coalition depuis 2008 sont menacés d'être éliminés dès le premier tour de l’élection présidentielle ce dimanche 24 avril. Un écologiste et un candidat d'extrême droite font figure de favoris. Plus de six millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour désigner un successeur au social-démocrate Heinz Fischer, qui achève son deuxième mandat.

    Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, les deux grands partis traditionnels - les sociaux-démocrates et les conservateurs - pourraient être écartés de la tête de l'Etat. En effet, l'ancien patron des Verts Alexander Van der Bellen et le candidat du parti d’extrême droite, le FPÖ Norbert Hofer, caracolent en tête des sondages. Tous deux peuvent espérer accéder au second tour, le 22 mai. Les candidats des deux partis au pouvoir sont devancés également par une candidate indépendante, Irmgard Griss.

    L'usure du pouvoir semble renforcée par le fait que les sociaux-démocrates et les conservateurs gouvernent ensemble depuis huit ans, faisant des Verts et du FPÖ les seules forces d'opposition. Selon des analystes autrichiens, cette usure s'est encore accentuée avec la crise des migrants et la hausse du chômage. Réduit d'ordinaire à un rôle protocolaire et moral, le président autrichien dispose en réalité de pouvoirs formels étendus : il est chef des armées, nomme le chancelier et peut dans certaines circonstances dissoudre le Parlement.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.