GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Antiterrorisme: la police des polices belge pointe des manquements

    media Un membre des forces spéciales de police à Bruxelles, le 14 avril 2016. REUTERS/Yves Herman

    La police des polices belge a présenté mardi 26 avril devant une commission parlementaire les premiers résultats d’un rapport entamé après les attentats de Paris qui conclut à de nets manquements. Membre de cette commission parlementaire réunie à huis clos, un député socialiste a même conclu à un dysfonctionnement dans le suivi des personnes radicalisées. Les représentants des autres partis ont préféré ne pas tirer de conclusions et ont décidé de convoquer la direction des services de police concernés.

    Avec notre correspondant à Bruxelles,  Pierre Bénazet

    Parmi les noms des personnes soupçonnées de radicalisation figuraient à la fois Salah Abdeslam et son frère Brahim, celui qui s’est fait exploser boulevard Voltaire lors des attentats du 13 novembre.

    Il y a un an, dans le cadre d’une enquête relative à un trafic de drogue, un procès-verbal signé par un commissaire de police bruxellois signale à la cellule antiterroriste que Brahim se serait peut-être rendu en Syrie.

    Les deux frères sont auditionnés mais pas inculpés. Leur dossier est classé « rouge », code des dossiers urgents mais auquel il n’est pas donné suite en l’absence de nouvel élément concret, et aussi parce que d’autres priorités s’imposent entre temps. En l’occurrence le démantèlement de la cellule terroriste de Verviers, une semaine après Charlie Hebdo, qui occupait à plein temps les policiers de l’antiterrorisme belge.

    De la même manière, le parquet fédéral avait demandé une analyse de leurs courriels et de leurs télécommunications, ce qui n’a pu être fait par manque de personnel. Le dossier est donc classé sans suite en juillet, quatre mois avant les attentats de Paris, une décision sévèrement critiquée par le « comité P », surnom de la police des polices.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.