GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    [Reportage] Tchernobyl: des régions entières toujours marquées par le drame

    media Tchernobyl : le réacteur numéro 4 qui a explosé le 28 avril 1986. GETTY

    Il est un peu plus d'une heure du matin, le 26 avril 1986, quand le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl explose au cours d'un test de sureté. Le drame est sans précédent : pendant 10 jours, la centrale accidentée rejette dans l'atmosphère quantité d'éléments radioactifs qui contaminent jusqu'aux trois quarts de l'Europe, affirment certaines sources. Aujourd'hui encore, le bilan humain fait débat : plusieurs centaines de milliers de personnes déplacées et jusqu'à 4 000 morts, selon un rapport controversé de l'ONU. Reportage dans la zone sinistrée.

    La zone interdite autour de Tchernobyl - 30 kilomètres de large autour de la centrale nucléaire - retourne peu à peu à la nature, rapporte notre envoyé spécial à Tchernobyl, Laurent Geslin. La ville de Pripiat, surnommée autrefois « la ville de l’atome », et où vivaient les employés de la centrale, a été envahie par la végétation et les animaux sauvages. Les renards et les ours y sont de retour

    Des dizaines de milliers de personnes vivent encore en Ukraine et en Biélorussie, dans des zones contaminées par le Strontium-90, par le Césium-137. Dans ces régions pauvres, les habitants n’ont souvent pas les moyens d’acheter des produits alimentaires dans les magasins. Alors ils se nourrissent en ramassant des champignons dans la forêt ou en mangeant des pommes de terre cultivées dans des zones contaminées.

     → A (RE)LIRE : Trente ans après, Tchernobyl est devenu un lieu touristique

    On trouve donc dans les villages ukrainiens des taux très élevés de cancer de la thyroïde, chez les enfants notamment. On constate également une augmentation des risques cardiovasculaires, des anomalies chromosomiques chez les enfants, des syndromes de stress post-traumatiques chez les personnes évacuées sans qu’il soit possible d’évaluer concrètement le nombre de décès liés aux retombées radioactives.

    Pour rappel, 600 000 liquidateurs ont été employés par le régime soviétique entre 1986 et 1989 pour construire le premier sarcophage et décontaminer les sols où plus d’un million de mètres cubes de déchets ont été enterrés. Plusieurs centaines de milliers de personnes ont vécu des années dans des villages contaminés avant d’être évacuées par le régime soviétique et beaucoup d’entre elles y vivent toujours encore aujourd’hui.

    Commémorations discrètes en Russie et mobilisation en Biélorussie

    Les trois pays les plus touchés par la catastrophe ont été l'Ukraine, où se situe la centrale, la Russie et la Biélorussie. Côté russe, cet anniversaire n'est pas loin de passer inaperçu, commente notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne, de retour de Biélorussie. Aucune cérémonie importante n'est prévue, si ce n'est un rassemblement dans un cimetière proche de Moscou, où sont enterrés des liquidateurs qui ont payé de leur vie leur mission.

    Le gouvernement sera représenté seulement par le vice-ministre des Situations d'urgence. Conséquence, cette politique de profil bas sur Tchernobyl entraîne une diminution de l'inquiétude des Russes face au nucléaire. Seules 33 % des personnes interrogées contre 56 % il y a cinq ans pensent qu'une catastrophe comme celle de Tchernobyl peut se reproduire.

    En Biélorussie - le pays le plus pollué par la catastrophe avec un quart des terres contaminées -, le président Loukachenko va se rendre dans les régions les plus touchées, où il répètera le credo officiel, à savoir que la lutte contre les conséquences de la catastrophe est une priorité du gouvernement.

     → A (RE)ECOUTER : Biélorussie : les oubliés de Tchernobyl

    Une conférence internationale se tient depuis ce lundi à Minsk sous l'égide de l'ONU, qui doit approuver un programme d'aide humanitaire et de développement économique et social des régions touchées. Le gouvernement biélorusse se réjouit de la tenue de ce forum qui va dans le sens de sa politique, celle d'une réhabilitation des territoires pollués. L'opposition biélorusse, elle, va marquer cette journée par une manifestation baptisée « la voie de Tchernobyl », un défilé désormais annuel, autorisé par le pouvoir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.