GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Drame de Hillsborough: la police mise en cause

    media Les proches des victimes de la tragédie à la sortie du tribunal, mardi 26 avril. REUTERS/Phil Noble

    Vingt-sept ans après la tragédie du stade de Hillsborough, les jurés de l’enquête ont conclu que les 96 supporteurs de football écrasés lors d’une bousculade le 15 avril 1989 n’étaient pas morts accidentellement. Le jury a mis hors de cause les fans et ajouté que la police portait une grande part de responsabilité dans ce drame.

    Avec notre correspondante à LondresMuriel Delcroix

    Alternants sourires et larmes, les familles des 96 victimes ont entamé spontanément l’hymne de l'équipe de football de Liverpool devant la cour de justice de Warrington où le jury leur a donné entièrement raison.

    Ces proches attendaient ces conclusions depuis 27 ans et ont la sensation d’avoir enfin obtenu justice. Les 9 jurés ont estimé que les victimes n’étaient pas mortes accidentellement mais parce que la police ainsi que les responsables du stade avaient commis une série d’erreurs dans l’organisation de la sécurité.

    Des manquements aux effets dévastateurs, notamment l’ouverture des portes du stade qui avait entraîné la bousculade fatale et la mort de 96 personnes, écrasées contre les grilles aux abords du terrain.

    Surtout les jurés ont jugé que contrairement à ce qu’avait affirmé la police à l’époque, les fans de Liverpool n’étaient en rien à blâmer.

    Déjà en 2012, une commission d’enquête indépendante avait accablé les forces de police de l’époque, accusées d’avoir falsifié des centaines de documents pour incriminer les fans et s’absoudre de toute responsabilité. Au-delà de la victoire symbolique pour toutes ces familles, ces conclusions peuvent permettre l’ouverture d’une procédure pénale et d’un procès.


    La police présente ses excuses

    La police a présenté ce mardi ses « excuses sans réserve » aux familles des 96 supporters morts lors de la bousculade dans le stade de Hillsborough, à Sheffield en 1989. « Je veux présenter des excuses sans réserve aux familles et à tous ceux affectés », a déclaré le commissaire de la police de South Yorkshire, David Crompton, ajoutant que les forces de l'ordre acceptaient « sans équivoque » les conclusions de l'enquête ayant établi la responsabilité de la police.
    RFI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.