GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Démantèlement du nucléaire: addition salée pour les opérateurs allemands

    media La centrale d'Eschenbach en Allemagne. Toutes les centrales nucléaires du pays seront arrêtées d'ici 2022. REUTERS/Michael Dalder

    Il y a cinq ans, après la catastrophe de Fukushima, l'Allemagne avait décidé d'accélérer l'abandon du nucléaire. Mais le dossier n’était pas clos pour autant. Les infrastructures doivent être démantelées et les déchets stockés. D'où de laborieuses négociations entre l'Etat et les entreprises gérant les centrales. Une commission vient de présenter un compromis.

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

    Après 2022, lorsque l'Allemagne aura arrêté la dernière de ses huit centrales nucléaires, il faudra encore démanteler les installations puis stocker les déchets radioactifs de façon sûre et durable. Et l'addition est salée : près de 50 milliards d'euros.

    La commission chargée de ce dossier devait trouver un compromis faisant payer les entreprises responsables de ces dépenses sans les conduire à la faillite alors qu'elles affrontent actuellement de grosses difficultés économiques. Les quatre opérateurs ont mis 40 milliards d'euros de côté à cet effet.

    → A (RE)LIRE : Les géants allemands de l'énergie contre la sortie du nucléaire

    Ces entreprises gèreront et paieront le démantèlement des centrales d'ici 2040. Elles devront par ailleurs verser d'ici 2022 plus de vingt milliards d'euros dans un fonds géré par l'Etat qui assurera le financement sur la durée du stockage des déchets. Une mesure préventive au cas où tel ou tel opérateur disparaisse entre-temps. Les entreprises auraient en revanche la garantie de ne pas être ultérieurement mises à contribution si les coûts devaient se révéler plus élevés, ce que les organisations de défense de l'environnement craignent.

    Mais les opérateurs jugent ce montant trop important et rejettent le compromis en l'état. Des négociations seront donc nécessaires. Les plaintes des entreprises contre la décision de l'Etat de sortir du nucléaire en font partie. Le gouvernement souhaite qu'elles soient retirées une fois un compromis final trouvé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.