GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Allemagne: le parti populiste et xénophobe AfD se réunit en congrès

    media Frauke Petry, dirigeante de l'AfD, lors du congrès du parti à Stuttgart, le 30 avril 2016. REUTERS/Wolfgang Rattay

    Ce samedi 30 avril s'ouvre le congrès de l'AfD, l'Alternative pour l'Allemagne, parti de droite populiste, raciste et xénophobe, qui surfe depuis plusieurs mois dans les sondages sur la crise migratoire en Europe. Lors d'élections régionales en Saxe-Anhalt en mars dernier, le parti AfD a réuni 24% des voix, un record depuis sa création au printemps 2013. Le parti, représenté au Parlement européen et dans la moitié des parlements régionaux, vise désormais une représentation au Parlement fédéral. Des heurts ont éclaté en marge du congrès. La police a procédé à 400 interpellations.

    C'est un congrès crucial pour l'AfD, un congrès à la croisée des chemins, rapporte notre envoyée spéciale à Stuttgart, Nathalie Versieux. Le petit parti populiste qui avait créé la surprise aux élections régionales de mars dernier avait été lancé voici trois ans par des déçus du parti libéral. « L’AfD est un parti jeune, qui se cherche encore. Il a commencé, il y a quelques années, à surfer sur des vagues populistes, protestataires contre l’euro. Il s’agissait de gens plutôt libéraux mais anti-euro » explique Henrik Uterwedde, chercheur à l'institut franco-allemand de Ludwigsburg. Les fondateurs étaient avant tout opposés aux plans de sauvetage de l'euro. Il y a un an, son dirigeant d'alors, Bernd Lucke a été évincé « parce qu’il représentait un peu l’aile modérée, libérale, qui voulait se focaliser sur la question de l’euro » poursuit Henrik Uterwedde, chercheur à l'institut franco-allemand de Ludwigsburg. Bernd Lucke a été alors remplacé par Frauke Petry, favorable à une ligne plus musclée à droite, plus anti-immigrés.

    A la faveur de la crise des migrants, l'AfD a encore muté. Lâché par sa clientèle aisée de la première heure, ce sont aujourd'hui les couches populaires, les chômeurs et les ouvriers qui lui donnent leur voix. Mais avec la fermeture des frontières dans les Balkans, le parti craint pour son avenir. D'où le repositionnement constaté au cours des dernières semaines. L'AfD « a viré à droite, l’an dernier, en prenant le thème des réfugiés de l’immigration et, aujourd’hui, il a découvert le thème de l’islam qui ne serait pas compatible avec l’Allemagne », analyse Henrik Uterwedde.

    L'islam incompatible avec la culture allemande selon l'AfD

    L'aile droite du parti a donc trouvé un nouveau thème à même de mobiliser en vue des prochaines régionales en septembre à Berlin : la lutte contre l'islam. Les dérapages verbaux de la direction se multiplient depuis des semaines. Les délégués auront à étudier plusieurs motions demandant l'interdiction des minarets, de la construction de mosquées et du port du voile. Si la lutte contre l'islam fait consensus au sein du mouvement, sa traduction concrète constitue des points de dissensions possibles au sein du mouvement selon Henrik Uterwedde.

    « Pour l’instant, l’AfD se marginalise complètement vis-à-vis des autres partis politiques, il n’a pas une option réaliste de pouvoir. Il restera donc dans une posture protestataire qui va peut-être lui suffire, à moins qu’il ne dispose, un jour, d’un groupe parlementaire. Et en même temps, cela limite un peu son influence politique future dans le Bundestag », conclut le chercheur.

    A (RE)LIRE : Polémique en Allemagne après les propos du parti AfD sur l'islam

    Des heurts ont éclaté en marge du congrès de l'AfD à Stuttgart, le 30 avril 2016. Philipp GUELLAND / AFP

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.