GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: un engin explosif fait au moins un mort près d'un rassemblement de contestataires à Bagdad (autorités)
    • Éliminatoires CAN 2021: la Mauritanie tient tête au Maroc, 0-0; la Tunisie écrase la Libye, 4-1
    • CAN U23: Égypte-Afrique du Sud et Côte d’Ivoire-Ghana en demi-finales
    • France: l'Assemblée fait marche arrière sur l'huile de palme en maintenant son exclusion des biocarburants
    Europe

    On va tous rater le «Baccalauréat» du Roumain Cristian Mungiu

    media Adrian Titieni (Romeo) et Maria Dracus (Eliza) dans « Baccalauréat » du Roumain Cristian Mungiu. Festival de Cannes 2016

    Déjà Palme d’or en 2007 avec « 4 mois, 3 semaines, 2 jours », le réalisateur roumain Cristian Mungiu, 48 ans, est un des très grands favoris pour la Palme d’or 2016 qui sera décernée ce dimanche 22 mai. « Baccalauréat » raconte l’histoire d’une élève modèle qui risque de rater son bac après une agression. L’action se déroule dans une cité banale d’une petite ville de Transylvanie, mais touche à l’universel. Avec un réalisme effroyable, Mungiu filme les soubresauts de l’ordre moral à tous.

    Envoyé spécial à Cannes,

    Avez-vous déjà vécu ce cauchemar d'avoir raté le bac ? Le réalisateur roumain Cristian Mungiu nous raconte un jeu cinématographique à trois bandes. Le point de départ est l'histoire d’Eliza, très bonne élève en train de passer son bac. Juste avant les premières épreuves, elle est victime d'une agression et risque de rater l'examen. Son père va alors tout mettre en œuvre pour qu'elle réussisse.

    Le poison des petits arrangements

    L'histoire, scénarisée et filmée avec une extrême précision, est en fait un jeu troublant avec notre morale. A la fin, il n'y a que des perdants dans cette histoire : nous tous. Cette remise en question de toute une vie concerne toutes les sociétés. En longs plans-séquences, Mungiu passe sous le scanner tous les petits arrangements de nos vies quotidiennes : la géométrie variable de nos valeurs, l'appât du gain, la grande corruption, les pots-de-vin et passe-droits indolores, la lâcheté vicieuse et banale. Le chef de file du nouveau cinéma roumain met scrupuleusement en lumière les limites entre compromis et compromission. Une fois la ligne rouge franchie, il n’y a aucun retour en arrière possible.

    Une Roumanie corrompue et malade

    Que dire sur Romeo (remarquablement interprété par Adrian Titieni), le père d’Eliza, un médecin réputé et jusqu’ici honnête à l'hôpital ? Il vit avec sa femme, une bibliothécaire effacée, et sa fille dans un petit appartement. Une vie calme et sans grands soucis au prix d’une désillusion complète. Sa seule ambition restée intacte depuis son retour en Roumanie après la révolution de 1989 ? Romeo veut à tout prix que sa fille fasse des études dans une prestigieuse université anglaise, loin de cette Roumanie corrompue et malade. Pour cela, elle a besoin d'une moyenne de 18 points au bac.

    La complicité des corrompus accapare la société

    Et puis survient l'incident. Sur le chemin de l'école, un inconnu essaie de la violer sur un chantier près de l’école. Car ce jour-là, le père n'avait pas déposé sa fille devant le lycée. Il était voir sa maîtresse avant d’aller travailler à l'hôpital. Résultat : traumatisée et blessée au bras, sa fille va rater son premier examen. Pour la première fois, le père fait jouer ses relations. Un coup de fil chez le proviseur en échange d’une transplantation de foie. Romeo gagne la complicité des corrompus, mais perd toute crédibilité auprès de lui-même.

    A la place de nous tous

    La fin justifie-t-elle les moyens ? L'incident fera exploser tout le système de valeurs et le système familial. Et bien trop tard nous découvrons le génie impitoyable de Mungiu. Le médecin Romeo vit cette épreuve redoutable à notre place à tous.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.