GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Centenaire de Verdun: Hollande et Merkel veulent tirer les leçons du passé

    media Cérémonie du souvenir du 100e anniversaire de la bataille de Verdun, sous la pluie, pour la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande, ce dimanche 29 mai. REUTERS/Jean-Christophe Verhaegen

    François Hollande et Angela Merkel assistent ce dimanche 29 mai aux commémorations de la bataille de Verdun. Il y a cent ans, entre février et décembre 1916, plus de 600 000 victimes françaises et allemandes sont tombées pendant cette bataille de la Première Guerre mondiale. Les deux dirigeants actuels comptent profiter de ce centenaire pour souligner la nécessité de tirer les leçons du passé.

    Trente-deux ans après François Mitterrand et Helmut Kohl au cimetière de Douaumont, la chancelière Angela Merkel et le président François Hollande célèbrent à leur tour, ce dimanche 29 mai, la paix retrouvée entre France et Allemagne grâce à la construction européenne. En 2016, le message de réconciliation devra passer par les mots. En 1984, il était passé par le geste, celui de deux dirigeants se tenant par la main.

    Hollande parlera d'Europe

    Ce dimanche, François Hollande et Angela Merkel démarrent leur journée au cimetière allemand de Consenvoye où ils ont déposé une gerbe. Les deux dirigeants se rendent ensuite à Verdun, notamment afin d'inaugurer le Mémorial rénové du champ de bataille. Pour rendre encore plus fort ce moment symbolique, des représentants de l’Union européenne assistent aux commémorations, histoire de signifier leur attachement à une paix retrouvée en Europe.

    Angela Merkel et François Hollande doivent prendre tour à tour la parole dans ce lieu chargé d'histoire qu'est Verdun, où reposent les combattants tués pendant cette terrible bataille de 1916. Le chef de l'Etat français veut saisir cette occasion pour donner une vision à l'Europe, proposer un avenir qui sera symbolisé, lors des cérémonies, par la présence de milliers de jeunes.

    François Hollande parlera d'une Europe menacée par les populismes, les crises comme celle des réfugiés, le terrorisme, mais aussi d'une Europe affaiblie par l'hypothèse d'un « Brexit ». Il aura la volonté d'associer la mémoire à l'espoir. Aux côtés de la chancelière allemande, il s'agira de montrer l'amitié aujourd'hui indéfectible entre deux pays autrefois ennemis et désormais leaders continentaux.

    « Une preuve de confiance »

    Angela Merkel entend faire passer un message similaire. Dans son podcast hebdomadaire, la chancelière a insisté samedi sur la nécessité de tirer les leçons du passé, notamment des conflits qui ont dévasté le continent européen, pour éviter qu'ils ne se reproduisent. Interrogée comme chaque semaine par un jeune Allemand, la chancelière répondait aussi aux questions d'un historien, précise notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut.

    « Cette invitation montre combien les relations franco-allemandes se portent bien, a déclaré Angela Merkel. C'est une preuve de confiance que le président français invite la chancelière allemande. Cette bataille a été l'une des plus terribles de l'histoire. Le plus effrayant, c'est que 25 ans plus tard, aucune leçon n'ait été tirée et qu'une Seconde Guerre mondiale ait succédé à la première. Et à cet égard, la responsabilité particulière de l'Allemagne doit rester dans nos mémoires. »

    Un évènement surprise à Douaumont

    Concernant l'Europe de 2016, Angela Merkel reconnaît qu'elle est confrontée à des tâches difficiles. Mais la dirigeante allemande veut croire à la culture du compromis illustrée par le dialogue Paris-Berlin. A court terme, la chancelière a déclaré espérer que le Royaume-Uni tranchera pour son maintien dans l'Union européenne lors du référendum du 23 juin prochain.

    La grande cérémonie de la journée de dimanche aura lieu dans l'après-midi à la nécropole de Douaumont. Quelque 3 400 collégiens français et allemands participeront à cette cérémonie, pour incarner l'espoir que l'amitié franco-allemande empêche une nouvelle guerre. Et c’est d’ailleurs le réalisateur allemand Volker Schlöndorff qui a signé la mise en scène, explique notre envoyée spéciale sur place, Christine Siebert.

    Le déroulement de cette cérémonie est secret. Les jeunes, qui accompagneront les dirigeants toute la journée, ont répété sur place à plusieurs reprises, mais personne n’avait le droit d’y assister. Le seul détail connu, c'est qu'il y aura un échange entre plusieurs collégiens et les chefs d’Etat. Là aussi tout un symbole de la transmission et de l’espoir dans l’avenir.

    Nous avons vu le champ de bataille et pour moi c’est un peu horrible de voir là où la guerre a eu lieu. Pour moi ce n’est pas imaginable de faire la guerre avec les Français.
    Des jeunes Français et Allemands ensemble sur les lieux de la Grande Guerre Reportage à Verdun 29/05/2016 - par Christine Siebert Écouter


    Verdun, la bataille inutile

    Verdun ne fut pas une bataille décisive de la Grande Guerre. Lorsque Verdun se termine en décembre 1916, Français et Allemands reprennent leurs positions respectives. Sur le champ de bataille de Verdun, plus de 300 000 soldats des deux pays laisseront leur vie cependant.

    Mais Verdun n'est pas non plus la bataille la plus meurtrière de la Grande Guerre. Celle de la Somme fut encore plus sanglante. En revanche, en attaquant Verdun, les Allemands voulaient obtenir une victoire décisive, détruire les unités françaises, cernées à cet endroit du front et coupées des lignes arrière par la Meuse.

    Le secteur fut écrasé sous un déluge d'obus allemands. Selon les historiens, 60 millions d'obus ont été tirés par les deux camps. 80 % des pertes sont ainsi liées à l'artillerie. La pluie d'acier broie les hommes, les rend fous. Elle transforme le paysage de cette région de l'est de la France. Verdun est une guerre de position à l'heure de la guerre industrielle.

    De la boue de Verdun naîtra finalement le mythe d'une victoire défensive française. « La mère des batailles », le sacrifice des « poilus » affectés par rotations sur le front. Mais aussi l'image rassurante d'un homme, le général Philippe Pétain, vainqueur de Verdun, futur maréchal de France, porté à la tête du régime de Vichy en 1940.

    A (RE)LIRE : Verdun, 1916: une bataille devenue symbole de la Grande Guerre

    WEBDOC A (RE)DÉCOUVRIR : Fusillés pour l'exemple, l'ultime combat

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.