GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Pologne: nouvelles manifestations sur fond de crise politique majeure

    media Les ex-présidents polonais Bronislaw Komorowski (4e g) et Aleksander Kwasniewski (3e d) dans le cortège à Varsovie, le 4 juin 2016. Agencja Gazeta/Slawomir Kaminski/via REUTERS

    Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue ce samedi, dont environ 35 000 à Varsovie pour demander plus de démocratie et contre la politique du gouvernement. Une mobilisation plus faible qu’il y a un mois lorsque plus de 200 000 manifestants avaient battu le pavé dans la capitale polonaise. Six mois après l’arrivée des conservateurs au pouvoir, la Pologne est plongée dans une crise politique sans précédent depuis la chute du communisme.

    Avec notre correspondant à Varsovie,  Damien Simonart

    Sous les hourras de la foule, deux anciens présidents polonais, Bronislaw Komorowski et Aleksander Kwasniewski, font le V de la victoire avec la main droite à laquelle ils portent chacun un gant aux couleurs de la Pologne, blanc et rouge.

    A leur côté, Mateusz Kijowski, le fondateur du Comité citoyen pour la défense de la démocratie se réjouit de ce soutien. « Nos succès sont visibles à chaque pas. Nous sommes de plus en plus nombreux, de plus en plus actifs, les gens s'unissent de plus en plus autour des valeurs de liberté et cette unité fait que l'élan de la majorité parlementaire est fortement freiné », se réjouit-il.

    Disposant de la majorité absolue au Parlement, les conservateurs du parti Droit et Justice (PiS) réforment le pays à toute allure. Depuis six mois, le gouvernement et le tribunal constitutionnel sont en guerre au sujet d’une loi concernant ce dernier qui anéantit la séparation des pouvoirs en Pologne.

    Jaroslaw Kaczynski, le président du parti Droit et Justice, estime que la Pologne fait face à une rébellion : « Si nous devons avoir un Etat de droit démocratique, aucune institution publique, y compris le tribunal constitutionnel, ne peut outrepasser les lois. Je le répète, ce sont eux qui agissent contre la Constitution. »

    Malgré la procédure lancée en janvier par Bruxelles concernant la situation en Pologne, le gouvernement et l’opposition sont déterminés à ne pas fléchir. Les mois passent et un compromis semble introuvable.

    → A (RE) LIRE : Etat de droit: Bruxelles lance un avertissement à Varsovie

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.