GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Belgique: vaste opération policière anti-terroriste sur tout le territoire

    media Le Premier ministre belge Charles Michel (G) et son ministre de l'Intérieur Jan Jambon (D) en conférence de presse après le Conseil de sécurité intérieur, à Bruxelles, le 18 juin 2016. REUTERS/Francois Lenoir

    Trois mois après les attentats de Bruxelles, un vaste coup de filet antiterroriste a été lancé dans la nuit de vendredi à samedi dans des communes de la capitale et plusieurs autres villes de Belgique. Près d'une quarantaine de lieux perquisitionnés, 40 personnes interpellées, trois inculpés, mais aucune arme retrouvée. Le Premier ministre a annoncé le maintien d'un niveau d'alerte terroriste de 3 sur une échelle de 4.

    Malgré l'appel au calme lancé samedi par le Premier ministre, et la victoire largement fêtée des Diables rouges contre l'Irlande dans le cadre de l'Euro de football en France, le climat est à nouveau très lourd en Belgique, après le vaste coup de filet antiterroriste mené ce weekend.

    De très nombreuses perquisitions ont été menées dans plusieurs villes du royaume, en majorité dans la région de Bruxelles, mais également en Flandre (nord) et en Wallonie (sud). Douze individus, sur une quarantaine de personnes interpellées dans la nuit, ont été placés en garde à vue avant d'être entendus par un juge d'instruction.

    Trois personnes de nationalité belge ont été inculpées, neuf ont été relâchées, a annoncé le parquet samedi en fin de journée. Les inculpés sont accusés d'avoir voulu commettre un meurtre à caractère terroriste et d'avoir participé aux activités d'un groupe terroriste.

    Des terroristes voulaient-ils frapper pendant le match Belgique-Irlande?

    Les personnes arrêtées envisageaient-elles de frapper un lieu de rassemblement autour d'un écran géant lors de la rencontre de football Belgique-Irlande ? C'est l'une des hypothèses sur lesquelles planchent les services de sécurité avec ces arrestations et auditions par un juge d'instruction, rapporte notre correspondante à Bruxelles, Joana Hostein.

    Pour les médias belges, les trois individus inculpés pourraient être des proches des kamikazes des attentats de Bruxelles du 22 mars dernier. Fait important : les quelque quarante perquisitions menées n'ont pas permis, en revanche, de mettre la main sur des armes et des explosifs, précise le parquet.

    « La situation est sous contrôle », assure le chef du gouvernement

    S'ils souhaitaient réellement frapper, soit les terroristes présumés n'avaient pas encore eu le temps de se procurer des armées, soit, et c'est plus inquiétant, les enquêteurs n'ont pas encore découvert leur cache d'armes.

    Le Conseil national de sécurité, auquel participent le Premier ministre belge, les ministres de l'Intérieur, de la Défense et de la Justice, et plusieurs responsables des services de sécurité, s'est réuni samedi afin de faire le point sur la situation.

    A son issue, le Premier ministre a annoncé le maintien du niveau d'alerte terroriste à 3 sur une échelle de 4. Il n'est pas non plus question d'annuler les festivités prévues pour le week-end. Un seul mot d'ordre du côté des autorités : « La situation est sous contrôle. »

    Nous allons prendre des mesures complémentaires et adaptées en matière de sécurité

    Charles Michel

    Premier ministre belge

    18/06/2016 - par Juliette Gheerbrant Écouter

    La Belgique, pays meurtri mais toujours sous pression

    Ces derniers jours, la tension était montée d'un cran en Belgique, les services de sécurité ayant été prévenus que des combattants de l'organisation Etat islamique pouvaient avoir quitté la Syrie pour commettre des attentats en France et en Belgique.

    Plusieurs responsables politiques, des membres du gouvernement notamment, ont été placés sous protection rapprochée vendredi. Mais pour autant, l'OCAM, l'organe chargé d'analyser la menace terroriste en Belgique, n'a pas décidé de revoir à la hausse le niveau d'alerte terroriste.

    Il y a trois mois, le 22 mars dernier, la Belgique a été secouée par une série d'attentats qui avaient touché le métro de Bruxelles et l'aéroport international de Zaventem. Trente-deux personnes avaient été tuées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.