GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    En Crète, un concile orthodoxe bien moins historique qu'annoncé

    media Le patriarche orthodoxe de Moscou et de toute la Russie Cyrille, à Moscou, le 1er mai 2016. L'Eglise russe fait défection pour le concile crétois de juin. KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

    Les orthodoxes sont réunis en concile. Ce dimanche 19 juin s’ouvre en Crète le concile panorthodoxe qui réunit les primats et les évêques des églises orthodoxes du monde entier. Il y a 14 Eglises autocéphales (indépendantes) qui représentent 260 millions de fidèles. Depuis le schisme de 1054 qui a divisé le monde chrétien en deux grands ensembles d’Orient et d’Occident, les hiérarques orthodoxes ne s’étaient jamais réunis. L’évènement s’annonçait donc historique jusqu’à ce que l’Eglise russe, après celles d’Antioche, de Bulgarie et de Géorgie et de Serbie, n’annonce en début de semaine qu’elle ne viendrait pas.

    Viendra, viendra pas : c’était un peu le suspense jusqu’à ce que le « niet » (« non ») ne tombe lundi dernier, quand l’Eglise russe a fait savoir qu’elle demandait également le report du concile. La défection du poids lourd de l’orthodoxie diminue la portée historique de ce concile.

    Un concile convoqué par le patriarche oecuménique de Constantinople qui, au nom de la primauté d’honneur qu’il exerce sur le monde orthodoxe, entend rassembler celui-ci. Car l’histoire tragique du XXe siècle - la guerre, le communisme, les rivalités territoriales, le nationalisme - a divisé et abîmé la communion orthodoxe. Ce qui explique la préparation houleuse du concile, compliquée par le conflit que se livrent l’Ukraine et la Russie.

    Et puis il y a la question du leadership au sein de l’orthodoxie avec une Eglise russe qui par son poids démographique et sa puissance retrouvée aimerait prendre l’avantage sur le vieux patriarcat de Constantinople, numériquement affaibli. Enfin, se joue en Crête aussi la confrontation de patriarcats à la modernité. Le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a joué la carte de l’ouverture en rencontrant à Cuba le pape François. Avec son absence au concile, il a choisi de donner le change à la frange ultraconservatrice de son Eglise.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.