GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: Jean-Claude Juncker veut la «lettre du divorce» immédiatement

    media Le président de la Commission européeenne, Jean-Claude Juncker, lors d'une conférence suite à l'adoption du Brexit par le Royaume-Uni, le 24 juin 2016. REUTERS/Francois Lenoir

    La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE) ne sera pas un « divorce à l'amiable », a mis en garde samedi 25 juin Jean-Claude Juncker. Le président de la Commission européenne réclame que Londres dépose « immédiatement » sa demande de quitter l'Union.

    Avec notre correspondante à Bruxelles,  Laxmi Lota

    Pas question de tergiverser. L’effet de « choc » est passé, les dirigeants des instances européennes veulent aller de l’avant et vite.

    Le Premier ministre britannique, David Cameron, a annoncé qu'il quitterait ses fonctions en octobre et que c'est son successeur qui négocierait la sortie de l'UE. Un délai de trois mois trop long pour Martin Schulz, le président du Parlement européen. « La déclaration de David Cameron est difficile à digérer », a-t-il dit, estimant que ce dernier prenait « tout le continent européen en otage ».

    L’impatience de la Commission européenne

    « Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement britannique a besoin d'attendre jusqu'au mois d'octobre pour décider si oui ou non il envoie la lettre de divorce à Bruxelles. J'aimerais l'avoir immédiatement », a insisté Jean-Claude Juncker.

    L'un des favoris à la succession du Premier ministre britannique, Boris Johnson, a assuré de son côté que la sortie de son pays devait se faire « sans précipitation ». L’ombre d’un désaccord plane sur la procédure à suivre pour consommer ce Brexit, ce sera donc bien un divorce conflictuel.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.