GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Décembre
Mercredi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Brexit: 3 millions de signataires à la pétition et les doutes des «brexiteurs»

    media Depuis le référendum du 23 juin, les Unes des journaux britanniques (ici le 25 juin) sont toujours largement consacrées au Brexit et à ses conséquences. REUTERS/Neil Hall

    Le succès grandissant de la pétition pour un nouveau référendum déposée sur le site du Parlement, qui atteint plus de trois millions de signatures, commence à faire du remous à la chambre des députés. Un député, David Lammy, demande ce dimanche un vote du Parlement pour bloquer le processus de départ du Royaume-Uni de l'Union européenne validé jeudi 23 juin par près de 52% des électeurs.

    avec notre envoyée spéciale à Londres, Béatrice Léveillé

    Il a été le premier député à réagir au succès de cette pétition. « Réveillez-vous, nous pouvons arrêter cette folie et mettre fin à ce cauchemar avec un vote au Parlement !» a lancé sur les réseaux sociaux cet ancien ministre travailliste et député de Londres.

    Une injonction qui a provoqué de vives réactions. Une manœuvre anti-démocratique selon les partisans du Brexit. Nigel Farage, le dirigeant du parti xénophobe UKIP, se félicite de cet appel qui va encourager plus d'électeurs travaillistes à voter pour UKIP selon lui, mais David Lammy recueille aussi de nombreux soutiens et le nombre de pétitionnaires sur la pétition en ligne sur la page internet du Parlement a dépassé la barre des trois millions ce dimanche.

    Le Premier ministre David Cameron, en démissionnant et en annonçant qu’il laissait à son successeur le soin d’activer l’article 50 qui lance la procédure de divorce avec l’Union européenne, laisse la porte ouverte à toutes les initiatives et à toutes les spéculations d’autant que les partisans du brexit sont de plus en plus nombreux à regretter ouvertement leur vote.

    Un référendum à une simple majorité est-il suffisant pour prendre une décision d’une telle importance ? La question aurait du être posée avant l’organisation de ce référendum dont les conséquences commencent déjà à se faire sentir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.