GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 25 Octobre
Samedi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Un sommet de l'Otan à Varsovie le regard tourné vers Moscou

    media Un soldat américain de l'Otan traverse, le 6 juin 2016, la frontière entre la Lituanie et la Lettonie pour se rendre en Pologne et prendre part à l'opération «Anaconda». REUTERS/Ints Kalnins

    Les pays de l'Alliance atlantique se retrouvent à partir de ce vendredi 8 juillet à Varsovie. Renforcement des capacités de l'Otan à l'Est, exercices et budgets militaires en hausse en Europe occidentale : il y a comme un parfum de guerre froide en Europe depuis quelque temps. L'Otan tire les leçons de l'annexion de la Crimée, en déployant davantage de troupes aux frontières dans les pays « vulnérables », limitrophes de la Russie. Mais l’organisation doit aussi faire en sorte de ne pas envenimer la situation. Parmi les dossiers sensibles, celui du bouclier anti-missile, source de crispations côté russe, et de questionnements côté français.

    Avec notre correspondant à Varsovie,  Damien Simonart

    Organiser le sommet dans la capitale polonaise où fut signée en 1955 l'alliance militaire des pays satellites autour de l'Union soviétique est déjà tout un symbole.

    L'Est sera au cœur de ce sommet : une présence renforcée de l'Otan dans les pays baltes et en Pologne, avec quatre bataillons d'environ 800 hommes, déployés par rotation, à partir de 2017. « La décision de renforcer la présence actuelle des forces de l'Otan avec quatre bataillons multinationaux, un en Pologne et un dans chaque pays balte, envoie un message très clair que l'Otan est prête à protéger et à défendre chaque coin de son territoire », explique le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

    Car la Pologne et les pays baltes se sentent menacés. Et même si cette présence reste limitée, elle est destinée à faire réfléchir tout éventuel agresseur. A commencer par la Russie, menace « potentielle » aux yeux de l'Otan

    L'Otan n'a pas encore décidé où seront stationnés les bataillons, mais le président polonais Andrzej Duda se réjouit de l'annonce. Malgré les tensions récurrentes avec Moscou, il ne ferme pas la porte au dialogue avec le Kremlin, sous certaines conditions : « Lorsque la Russie respectera le droit international, alors on pourra parler d'elle comme d'un partenaire avec qui on peut avoir un dialogue sérieux. »

    5 000 hommes déployables en 48h

    L'annonce de déploiement de troupes en Europe de l'Est cache toutefois une autre réalité. D'après le général américain Ben Hodges, en cas d'attaque, malgré le déploiement de bataillons de l'Otan, les divisions russes mettraient moins de trois jours à atteindre Tallinn ou Riga.

    Par ailleurs, l’Alliance concrétisera à Varsovie son concept de force à haut degré de réactivité avec 5 000 hommes déployables en 48 heures. L’objectif est de rendre plus agile une organisation militaire de 28 membres.

    L'Otan devrait également réaffirmer son objectif : 2% du produit intérieur brut (PIB) des pays membres consacrés à la défense, sur lesquels 20% devront être investis dans les équipements.

    Bouclier anti-missile et cyberespace

    Concernant le bouclier anti-missile en Europe, une capacité initiale sera annoncée à Varsovie. Les premiers intercepteurs sont en place sur la base de Deveselu en Roumanie, mais le circuit de décision précédant un tir reste américain. La France souhaite faire évoluer le contrôle « politique » du bouclier.

    Enfin, le cyberespace devient un nouvel espace de bataille couvert par l'alliance, au même titre que l'espace aérien ou maritime ou terrestre. Plutôt que de remettre la sécurité de ces systèmes informatiques à l'Otan, la France plaide pour davantage d'investissements individuels de la part des pays membres.

    Le rôle de la Russie dans la crise ukrainienne

    La chancelière allemande a devant le Bundestag, le Parlement allemand, défendu la décision de l'organisation de renforcer sa présence en Europe de l'Est en raison de la perte de confiance dans les pays concernés dans leur voisin russe, due au rôle joué par Moscou dans la crise ukrainienne.

    « La rencontre des chefs d'Etat et de gouvernement à Varsovie s'inscrit dans une période marquée par une modification sensible de la situation en Europe et aux marges de l'Europe en matière de sécurité. Le rôle de la Russie dans la crise ukrainienne a profondément ébranlé nos alliés à l'Est. Lorsque la prévalence du droit et l'inviolabilité des frontières sont remises en cause par des mots et des actes, alors la confiance recule. Nos alliés sont en droit de bénéficier du soutien de l'Otan. Ces déploiements de forces supplémentaires sont purement défensifs ; ils ne sont pas dirigés contre la Russie et ne remettent pas en cause l'équilibre stratégique entre l'Otan et la Russie. Notre main reste tendue en faveur d'une plus grande transparence et du dialogue avec Moscou », a déclaré Angela Merkel devant le Bundestag.

    Entre la Russie et l'Otan, une véritable « montée des tensions »

    Maria Lipman, rédactrice en chef du magazine Counterpoint, édité par l'Institut des recherches russes, européennes et asiatiques de l'université George Washington, évoque les tensions actuelles entre la Russie et l'Otan et affirme que l'on est « au stade de la confrontation ».

    « Si on examine la situation actuelle et la période du printemps 2014, avec l’annexion de la Crimée, on peut parler de confrontation et de l’impossibilité de trouver un accord. La dernière tentative de discussion entre la Russie et l’Otan en avril a échoué complètement et les parties ont reconnu qu’elles n’arrivaient pas du tout à s’entendre. Depuis, les incidents dangereux se multiplient, comme quand des avions russes se rapprochent dangereusement des navires de guerre américains. Il y aussi l'augmentation des capacités militaires, d’une part en Europe de l’Est, et d’autre part sur le territoire russe, à l’ouest de la Russie. On constate une espèce de confrontation, pas à proprement parler militaire, mais une véritable montée des tensions », affirme Maria Lipman.

    A (RE)ECOUTER → L'Otan, un outil efficace, pour qui et pourquoi ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.