GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: Theresa May sera Premier ministre mercredi

    media La ministre de l'Intérieur Theresa May va devenir la deuxième femme chef du gouvernement britannique après Margaret Thatcher, une autre conservatrice. REUTERS/Andrew Yates

    La ministre de l'Intérieur britannique Theresa May prendra les rênes du gouvernement britannique mercredi 13 juillet, a annoncé ce lundi le Premier ministre démissionnaire David Cameron. Elle était depuis ce 11 juillet la seule candidate en lice dans la course à la succession du Premier ministre conservateur David Cameron après le retrait de sa rivale, la secrétaire d'Etat britannique à l'Energie Andrea Leadsom.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    Andrea Leadsom a annoncé son retrait dans une déclaration à la presse à Londres en soulignant que Theresa May, à qui elle a apporté son soutien, était « la mieux placée » pour diriger le gouvernement. Le parti conservateur (Tories) a ensuite annoncé qu'il serait en mesure d'annoncer le nouveau Premier ministre bien plus tôt que prévu.

    Andrea Leadsom a expliqué se retirer de la course car le pays a besoin d’un Premier ministre en position de force. Pour elle, neuf semaines de campagne pour désigner un nouveau leader serait trop long et il faut commencer à négocier la sortie du Royaume-Uni de l’UE le plus tôt possible pour mettre fin à l’incertitude depuis le vote pour un Brexit. Andrea Leadsom a en outre rappelé que Theresa May était soutenue par 60 % des députés et se trouvait donc dans une position idéale pour diriger le parti conservateur et le pays.

    En réalité, des proches au sein de son équipe de campagne ont avoué que sa décision de jeter l’éponge était due à la violence des attaques contre elle depuis l’annonce de sa candidature. Dans l’une de ses premières interviews, la semaine dernière, Andrea Leadsom avait affirmé que le fait d’avoir des enfants lui donnait un avantage sur Theresa May qui n’avait pas pu en avoir. Un commentaire jugé extrêmement maladroit et cruel et qui lui a valu d’être critiquée tout le week-end.

    Mais ce n’est pas tout, avant cette interview, c’est le CV d’Andrea Leadsom qui s’était trouvé dans la ligne de mire : la ministre de l’Energie était accusée de l’avoir gonflé et d’avoir exagéré notamment son degré de responsabilité au sein des différents organismes financiers dans lesquels elle a travaillé avant d’entrer en politique.

    Theresa May, qui était de loin la favorite, a dit depuis le début qu’elle ne voulait pourtant pas être « couronnée » sans que les membres du parti aient le choix entre deux candidats. Mais l’abandon d’Andrea Leadsom a changé complètement la donne puisqu’elle était désormais la seule en lice.

     → A (RE)LIRE : Royaume-Uni: Theresa May, une conservatrice aux portes du pouvoir

    Mais pour cela, il fallait d’abord que David Cameron tende officiellement sa démission à la reine sans compter que beaucoup au sein du parti conservateur, et surtout ceux qui sont très déçus que leur candidate se soit retirée, voulaient avoir un peu de temps pour digérer cette passation de pouvoir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.