GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Turquie: avec près de 6000 arrestations, la grande purge continue

    media Une capture vidéo de la télévision d’Etat TRT montre des soldats se rendre à la police, à Istanbul le 16 juillet. REUTERS/Capture vidéo TRT

    Au lendemain de la tentative de coup d’Etat en Turquie, « le ménage continue », selon les termes du ministre de la Justice, Bekir Bozdag, s’apparentant à une vaste purge. Le gouvernement a annoncé, dimanche 17 juillet, la mise en garde à vue de 6 000 personnes : des généraux, des juges, des procureurs ou encore des soldats.

    Près de 3 000 militaires seraient en garde à vue, dont deux généraux qui commandaient le deuxième et le troisième corps d'armée, rapporte notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette. C'est une « purge » si importante qu'il est presque difficile de suivre heure après heure toutes les arrestations.

    « Le grand ménage continue », a déclaré dimanche le ministre de la Justice, Bekir Bozdag, cité par l'agence Anadolu, à propos des coups de filet en cours. « Il y a environ 6 000 personnes en garde à vue. »

    De son côté, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a promis d'éliminer « le virus » dans l'Etat après le putsch raté, et demande à ses partisans de rester sur les places publiques, estimant que les évènements ne seront pas réglés en quelques heures.

    Une tentative de coup d’Etat inédit

    Cette tentative de putsch est marquante par son caractère inédit : elle n'a pas été, contrairement aux coups d'Etat précédents en Turquie, initiée par le sommet de l'armée.

    Les dirigeants du putsch de la nuit de vendredi au samedi 16 juillet sont apparemment des généraux de brigade, des colonels, des chefs de gendarmerie, et donc pas le sommet de la hiérarchie militaire.

    L'armée turque, en 2016, n'est pas celle d'il y a trente ou même quinze ans. Ses prérogatives ont été diminuées au début des années 2000 sous Erdogan, et son état-major a également graduellement été remplacé.

    Mais au-delà du nom ou de la position des responsables de ce coup d’Etat avorté, l’institution militaire doit encaisser un coup dur, qui pour la première fois de son histoire a montré des failles de commandement, et qui n'a pas parlé d'une seule voix.

     → À relire : Putsch en Turquie: Erdogan évoque la peine de mort et réclame Gülen

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.