GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
Mercredi 20 Février
Aujourd'hui
Vendredi 22 Février
Samedi 23 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Brexit: le Medef en visite à Londres

    media Plus de 400 000 salariés travaillent dans les quelques 3000 filiales d'entreprises françaises installées au Royaume-Uni. REUTERS/Toby Melville

    A partir de ce jeudi, le patronat français est à Londres pour une visite de deux jours. Le Medef a 48 heures pour évaluer les conséquences du Brexit, rencontrer des acteurs de la finance et des représentants de la ville mais aussi des entrepreneurs français installés dans la City. En France, le Brexit a représenté un choc pour le monde de l'entreprise, qui cherche aujourd'hui à anticiper les conséquences du vote britannique.

    L'incertitude représente la principale ennemie des affaires, selon le président du Medef, Pierre Gattaz. Pendant ces deux jours, le patronat français veut dissuader les responsables politiques britanniques de jouer la montre pour retarder l'application de l'article 50, qui encadre le divorce avec l'Union européenne.

    L'objectif de cette visite est aussi de soutenir et rassurer les entrepreneurs français installés dans la City. Plus de 400 000 salariés travaillent dans les quelque 3000 filiales d'entreprises françaises installées au Royaume-Uni. Les secteurs les plus exposés à la chute de la livre restent les banques, les assurances ainsi que les secteurs aérien et pharmaceutique.

    Le Brexit, une opportunité ?

    Pourtant Pierre Gattaz le répète : le Brexit peut aussi représenter une opportunité, si des mesures fiscales et sociales sont rapidement mises en place. Et, pour lui, les annonces récentes du Premier Ministre Manuel Valls sur l'assouplissement du cadre fiscal français pour renforcer l'attractivité de Paris vont dans le bon sens.

    Il faut faire du « marketing de la France », réclame le patron du Medef. Pour cela, un seul mot d'ordre : baisser les taxes et les charges pour rassurer les investisseurs et rester compétitif sur le marché européen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.