GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: un programme d'accueil de migrants touché par un scandale

    media Un réfugié s'installant dans un centre à Berlin, le 26 février 2016. REUTERS/Fabrizio Bensch

    L'arrivée massive de réfugiés en Allemagne est allée de pair avec le développement d'un secteur économique florissant pour prendre en charge les nouveaux arrivants. Leur hébergement dans des foyers a été confié à des organisations caritatives comme à des entreprises privées. Des contrats conclus parfois trop rapidement donnent lieu à des irrégularités comme le montre cet exemple à Berlin ces derniers jours.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    Plaisanter sur l'installation d'une « guillotine pour enfants » au lieu d'un bac à sable avec le don de 5 000 euros d'un constructeur automobile... cet exemple, tiré de courriels échangés par des collaborateurs de l’entreprise PeWoBe, qui gère neuf foyers abritant 3 000 réfugiés à Berlin, en dit long sur l'estime que portait certains à leurs résidents.

    Dans les extraits de courriels publiés le week-end dernier, les quatre correspondants évoquent des réfugiés « pigmentés aux maximum » - une expression typique de l'extrême droite -, la saleté que provoquerait la guillotine et la nécessité d'un crématorium.

    Le responsable de la ville de Berlin en charge des dossiers sociaux a résilié les contrats de la société gérant les foyers. L’avocat de celle-ci affirme que les courriels n'étaient pas à prendre au premier degré et ne reflétaient pas les opinions de leurs auteurs.

    PeWoBe déjà critiquée

    Visiblement pourtant, l'engagement d'une des personnes concernées dans un parti néo-nazi avait laissé des traces. Et les plaintes contre l'entreprise PeWoBe ne sont pas récentes. Suite à des critiques, un groupe venant en aide aux réfugiés s'était vu interdire l'accès aux réfugiés. Des migrants avaient protesté contre une nourriture inconsommable. Le nombre de travailleurs sociaux présents sur place n'était pas non plus suffisant.

    Cette affaire est aussi le reflet de contrats conclus à la va-vite par la ville pour trouver dans l'urgence des solutions face à l'arrivée massive de réfugiés. Mais le fait que la municipalité ait été au courant plus tôt d'irrégularités pose des questions à un mois des élections dans la capitale allemande.  

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.