GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: Edmond Simeoni, figure de l'autonomisme corse, est décédé à 84 ans (entourage)
    • Social: usines en grève, barrages routiers et manifestations en Belgique pour un meilleur pouvoir d'achat
    • Attaque de Strasbourg: le président Emmanuel Macron se rend sur place vendredi après-midi (Elysée)
    • L'Otan indique vouloir «réexaminer» son engagement au Kosovo à cause de sa nouvelle armée (Stoltenberg)
    • Armée au Kosovo: la Serbie restera «sur le chemin de la paix» (Premier ministre)
    • Strasbourg: le marché de Noël rouvre en présence de Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur
    • La Chine indique vouloir suspendre les surtaxes douanières sur les voitures importées des Etats-Unis (officiel)
    • Japon: dix facultés de médecine ont falsifié les résultats au concours d'entrée, indique le ministère de l'Education
    • Kosovo: le Parlement vote la création d'une force armée (AFP)
    • Attaque de Strasbourg: sept personnes en garde à vue, dont deux nouvelles la nuit dernière (procureur de Paris)
    • Côte d'Ivoire: l'opposant Henri Konan Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo
    • Manifestation des «gilets jaunes»: pour l'«acte V» à Paris, un dispositif «semblable» à celui de samedi dernier (préfet de police)
    • Chine: le premier réacteur nucléaire EPR dans le monde entre en service commercial
    Europe

    Turquie: 38 000 prisonniers libérés pour désengorger les prisons

    media La prison Sincan, à la périphérie d'Ankara. AFP/ ADEM ALTAN

    Les purges continuent en Turquie. Deux décrets ont été pris ce mercredi 17 août par les autorités pour révoquer quelque 2000 policiers ainsi que des centaines de militaires et de membres du BTK, autorité nationale de l'information. Des décrets qui s'inscrivent dans le cadre de l'état d'urgence qui prévaut aujourd'hui dans le pays. Les prisons sont pleines, à tel point que 38 000 personnes arrêtés avant les évènement du 15 juillet vont être libérées sous contrôle judiciaire.

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

    Les purges dans l'administration publique concernent environ 60 ou 70 000 personnes soit un peu moins de 2% des fonctionnaires du pays. L'appareil administratif turc fonctionne donc malgré tout avec parfois certains retards.

    C'est particulièrement vrai dans les secteurs qui ont été les plus touchés par les purges, notamment dans le secteur de l'éducation : la rentrée scolaire a été reportée de trois semaines, au 3 octobre, pour pouvoir embaucher suffisamment d'enseignants. C'est aussi le cas dans la justice, alors que des milliers de personnes sont aujourd'hui en attente de leur procès.

    Ankara va libérer 38 000 prisonniers

    Alors que les purges continuent, Ankara annonce la libération de 38 000 prisonniers condamnés avant le 1er juillet, une opération pour apparemment désengorger les prisons turques.

    Mercredi, le ministre de la Justice a annoncé la libération prochaine de 38 000 prisonniers de droit commun pour désengorger les prisons, puisque 23 000 personnes ont été placées en détention préventive depuis le début des purges contre les partisans de l'imam Fethullah Gülen.

    Avant même le putsch, les prisons turques étaient remplies à 105% de leur capacité. Maintenant la situation est telle que des installations provisoires sont installées dans les cours des prisons pour accueillir les nouveaux venus.

    « Il y a 187 000 places dans les prisons turques normalement. Hier, 16 août, il y avait dans ces prisons 213 000 personnes, détenues et condamnées, indique Ahmet Insel, professeur à l'Université de Galatasaray, auteur de La nouvelle Turquie d'Erdogan. Pourquoi faire de la place ? Parce qu'il y a des rafles de plus en plus importantes dans le cadre de l'état d'urgence décrété après le coup d'Etat avorté, qui vise principalement des personnes qui sont soupçonnées d'être dans le réseau de la communauté Gülen. Tous les jours, il y a des rafles d'hommes d'affaires, de syndicalistes, de fonctionnaires, de policiers, etc. Ils sont mis en détention et le gouvernement fait de la place pour les nouveaux ennemis de l'Etat. »

    A (re) lire →  Turquie: après le coup d'Etat raté, les purges se poursuivent sans relâche

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.