GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Venezuela: remise en liberté du vice-président du Parlement
    Europe

    Poutine se déplace en Crimée pour justifier les grandes manoeuvres militaires

    media Vladimir Poutine lors de son déplacement en Crimée, le 19 août 2016. Sputnik/Kremlin/Alexei Nikolsky/via REUTERS

    Vladimir Poutine est arrivé vendredi matin dans la péninsule criméenne, tandis que les tensions s'accroissent avec Kiev. Le président ukrainien Petro Porochenko a dit jeudi 18 août « ne pas exclure une invasion russe à grande échelle ». Le Pentagone s'inquiète lui aussi des mouvements militaires à la frontière de l'Ukraine.

    Avec nos correspondants à Moscou et Lviv,  Jeanne Cavelier et Sébastien Gobert

    « Ce n'est pas un hasard si nous sommes réunis aujourd'hui en Crimée », a lancé Vladmimir Poutine au début de cette réunion du Conseil de sécurité, à Sébastopol. L'objectif est affiché : « prendre des mesures supplémentaires pour assurer une meilleure protection de la Crimée ». « Il semble clair que nos partenaires à Kiev ont choisi une escalade de la situation. Nous y sommes habitués. Nous espérons que le bon sens l’emportera », a lâché le président russe.

    Ce déplacement et ces propos interviennent deux semaines après les présumées tentatives de sabotages du gouvernement de Kiev dans la péninsule. Le 10 août, le FSB, les services secrets russes, a en effet déclaré avoir déjoué un attentat préparé par les renseignements ukrainiens, ce qui aurait causé la mort de deux soldats russes. Des accusations graves, démenties par Kiev. Mais pour le président russe, tout est clair : l'Ukraine tente de déstabiliser la Crimée.

    Manoeuvres militaires russes

    D'une part, explique-t-il, Kiev ne veut pas remplir ses obligations de l'accord de Minsk. Kiev a même, selon lui, « décidé d’envenimer la situation ». D'autre part, l'Ukraine est incapable selon lui d'expliquer à sa population les erreurs considérables dans sa politique socio-économique. Pas de rupture des relations diplomatiques pour autant, affirme Vladimir Poutine.

    Mais l'armée russe a commencé à réaliser des manoeuvres terrestres et maritimes. En Crimée, la flotte auxiliaire s'exerce au ravitaillement des navires et sous-marins de guerre, aux opérations de remorquage, aux réparations techniques en mer. Au total, 2 500 soldats et 350 véhicules basés sur place par Moscou. Quelque peu menaçant donc, pour Kiev.

    Moscou n'a pas rempli tous ses engagements, selon l'Allemagne

    L’Ukraine rejette ces accusations et a mis ses troupes en état d’alerte rouge le long de la ligne de démarcation avec la péninsule. Les autorités dénoncent « un prétexte à de nouvelles menaces militaires » russes. Hier, Petro Porochenko s'est fait alarmiste en indiquant que « les forces armées ukrainiennes sont prêtes à riposter à une invasion russe », alors que les violences se multiplient dans l’est en guerre et que l’Ukraine se prépare à célébrer les 25 ans de son indépendance.

    Un peu plus tôt dans la journée, c’est la chancelière allemande Angela Merkel qui estimait que Moscou n’avait pas rempli tous ces engagements dans le cadre de ces accords, et que rien ne justifiait donc une levée des sanctions imposées à Moscou par l’Union européenne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.