GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Hongrie: il y a un an, la crise migratoire faisait les affaires de Viktor Orban

    media Des policiers hongrois face à des centaines de migrants à la gare de Keleti, à Budapest, le 3 septembre 2015. REUTERS/Laszlo Balogh

    Il y  un an, la Hongrie était confrontée à une crise des réfugiés sans précédent. Début septembre 2015, près de 3 000 migrants franchissaient chaque jour la frontière hongroise. La présence de ces milliers de migrants entassés dans la gare de l'Est à Budapest avait eu pour effet de renforcer les positions anti-immigration du gouvernement populiste de Viktor Orban.

    Avec notre correspondante à Budapest, Florence La Bruyère

    Aujourd’hui, plus un seul réfugié ne vit à Budapest. Il y a un an, le chaos régnait autour de la gare de Keleti (la gare de l'Est), où des milliers de migrants campaient à même le sol dans des conditions effroyables, attendant vainement des trains pour l’Allemagne. Les autorités hongroises avaient suspendu le trafic international. Finalement, le gouvernement a transporté ces milliers de migrants en autocar vers la frontière autrichienne, mettant ainsi fin au désordre.

    Il existait plusieurs raisons à ce chaos. Le gouvernement hongrois voulait d'abord que les réfugiés patientent dans des centres d’accueil en Hongrie. Selon la législation européenne, les demandeurs d’asile doivent en effet rester dans le pays d’entrée jusqu’à l’examen final de leur demande. Mais les réfugiés ne rêvaient que de rejoindre l’Allemagne et préféraient dormir dans la gare pour attendre des trains. D’où une énorme congestion.

    Chaos organisé

    Ce chaos était par ailleurs un peu organisé. Le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés avait proposé de l’eau, des couvertures pour ces milliers de personnes à la gare de Keleti mais le gouvernement avait refusé. Selon la presse hongroise, Viktor Orban aurait voulu maintenir le chaos pour « montrer aux Hongrois ce dont nous les préservons ».

    La clôture de barbelés de 4 mètres de haut que la Hongrie a érigée sur sa frontière avec la Serbie a été achevée par la suite, le 15 septembre 2015. Elle a dévié la route des migrants vers la Croatie et la Slovénie. La Hongrie a ensuite durci sa législation. Des centaines de clandestins ont été condamnés à être expulsés ou emprisonnés. Ce qui a eu un effet dissuasif, selon le gouvernement hongrois.

    Ennemi invisible

    Des migrants essaient encore de franchir cette frontière mais le flot a beaucoup diminué depuis que la Turquie a accepté de surveiller son littoral. Désormais, environ 200 migrants arrivent chaque jour à la frontière pour demander l’asile. Ils attendent dans une zone de transit avant d'être hébergés dans des centres d’accueil.

    Depuis le 1er janvier de cette année, près de 26 000 personnes ont déposé une demande. Mais seules 2 000 d'entre elles vivent dans les centres d’hébergement, dont elles peuvent sortir librement. La majorité de ces migrants ont donc déjà quitté la Hongrie pour l’Autriche ou l’Allemagne, grâce à des passeurs. Certains clandestins arrivent aussi à couper les barbelés avec des pinces. La police en appréhende une soixantaine par jour, qu'elle reconduit ensuite de l’autre côté de la clôture.

    Ces fugitifs sont donc très peu nombreux et ne restent pas dans le pays. Mais le gouvernement de droite populiste continue à les présenter comme des terroristes potentiels. Cet ennemi invisible permet à Viktor Orban, Premier ministre, de renforcer sa popularité et de se poser en défenseur de la Nation.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.