GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: David Davis, le «Mister Brexit», entretient le flou

    media David Davis alias Monsieur le ministre du Brexit JUSTIN TALLIS / AFP

    Tandis que, depuis le G20 en Chine, la Première ministre britannique Theresa May rejetait l'idée d'un système d'immigration à points, son ministre du Brexit devait, lui, donner de plus amples détails sur les projets de Londres en vue d'une sortie de l'UE. Mais ceux qui attendaient des éclaircissements en ont été pour leurs frais.

    Avec notre correspondante à LondresMuriel Delcroix

    Pour sa première déclaration à la Chambre des communes (House of Commons) dans son nouveau costume de « Mister Brexit », David Davis s'est avant tout voulu positif : le gouvernement est, selon lui, déterminé à obtenir un consensus national pour négocier de nouvelles libertés et de nouvelles opportunités pour le Royaume-Uni.

    Et alors que les députés débattaient ce lundi 5 septembre d'une pétition signée par quatre millions de personnes appelant à un nouveau référendum, le ministre en a profité pour marteler que le vote était sans retour : « Il n'y aura aucune tentative de rester dans l'UE en douce ni de retarder ou contrarier la volonté des Britanniques. Aucune tentative d'organiser un second référendum juste parce que la première réponse ne plaisait pas à certains. »

    Néanmoins, à part préciser que 180 fonctionnaires de l'Etat travaillaient désormais activement à négocier le Brexit, David Davis en a déçu plus d'un en ne donnant aucune information sur la question de l'immigration, du marché unique ou du déclenchement de l'article 50. Et si les députés pro-Brexit ont choisi d'être patients, le camp adverse n'a pas hésité lui à critiquer un « catalogue de platitudes creuses » de la part d'un gouvernement qui selon ces détracteurs n'a encore aucune stratégie claire pour quitter l'UE.

    On entre dans un point très difficile pour les Britanniques.

    Catherine Mathieu, économiste et spécialiste du Royaume-Uni à l'Office français des conjonctures économiques 06/09/2016 - par Myriam Berber Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.