GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    Europe

    Grèce: le camp de Moria sur l'île de Lesbos ravagé par un incendie

    media Le camp de Moria sur l'île de Lesbos en Grèce, après l'incendie qui a détruit les préfabriqués et les tentes, le 20 septembre 2016. REUTERS/Giorgos Moutafis

    Symbole d'une situation qui empire pour les migrants bloqués sur les îles grecques, un feu important a ravagé une grosse partie du centre de rétention de l'île de Lesbos cette nuit. L'incendie n'a fait aucun mort, mais près de 4 000 personnes ont quitté le camp. Mardi matin, la situation était revenue au calme et les migrants réintègrent peu à peu le camp où les dégâts sont importants. La police a annoncé avoir arrêté neuf migrants soupçonnés d'être à l'origine des affrontements qui ont conduit à l'incendie.

    De notre correspondante en Grèce, Charlotte Stievenard

    Une cinquantaine de préfabriqués du centre de rétention de Moria sont partis en flamme, mais aussi de nombreuses tentes. C'est ce que rapporte le porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés en Grèce, Roland Schoenbauer. Pas de victimes, mais un dommage matériel important dans un camp déjà surchargé.

    Selon la police, il accueille près de 4 000 personnes pour 2 000 places. Une enquête a été ouverte sur les origines de l'incendie. Intentionnel ou pas, pour la police, ce sont les délais pour les demandes d'asile qui sont à l'origine de tensions régulières. Certains personnes attendent depuis plusieurs mois déjà de savoir si leur demande d'asile sera acceptée ou s'ils seront renvoyés en Turquie ou pas.

    Pour le HCR non plus, cet incendie majeur n'est pas une surprise, car les questions d'insécurité et les mauvaises conditions d'accueil avaient été abordées à plusieurs reprises. Ce matin, la plupart des migrants étaient à nouveau dans le camp, explique la police.

    Depuis l'accord entre l'Union européenne et la Turquie, en mars dernier, le nombre d'arrivées de migrants et réfugiés sur les îles grecques a beaucoup ralenti. Mais même à un rythme beaucoup plus faible, les centres d'enregistrement sur les îles sont pleins. Selon les chiffres du gouvernement, il y a 13 600 personnes pour 7 400 places.

    La situation était tendue depuis le matin. Certains réfugiés ont commencé à protester, principalement des Syriens qui manifestaient contre les décisions d'asile et les retards dans les procédures. Ils ont commencé à marcher pour rejoindre Mytilène, des réfugiés africains les ont rejoints. Plus tard, ils sont revenus dans le camp et il y avait toujours des tensions. Des émeutes ont éclaté entre des personnes de différentes nationalités. La situation s'est envenimée aux alentours de 19h quand le feu a commencé. De ce que l'on sait, le feu a été allumé par les réfugiés pour montrer leur mécontentement. Nous n'avons aucune information sur quelqu'un d'extérieur qui aurait mis le feu au camp. De nombreuses maisons et tentes ont brûlé donc on estime que 800 personnes actuellement n'ont plus d'endroit où dormir.
    Témoignage d'Ilektra Koustoumani de Médecins du Monde qui travaille au camp de Moria 20/09/2016 - par Domitille Piron Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.