GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    • Rohingyas: Washington annonce des mesures contre l'armée birmane
    Europe

    Royaume-Uni: Corbyn favori pour rester à la tête d'un Labour divisé

    media Jeremy Corbyn à Londres le 30 août 2016. REUTERS/Peter Nicholls

    Réuni en congrès à Liverpool, le parti travailliste britannique va découvrir ce samedi le résultat du scrutin pour élire son leader organisé en catastrophe cet été après la rébellion d’une majorité de ses députés. Le très à gauche Jeremy Corbyn part favori à sa propre succession grâce à l’adulation des militants et contre la volonté de l’appareil du parti, laissant ouverte la crise que traverse le Labour depuis un an.

    Avec notre correspondante à LondresMuriel Delcroix

    La crise au sein du Labour semble décidément insoluble : car si Jeremy Corbyn est vénéré par la majorité des 640 000 membres et sympathisants, il est détesté avec la même force par la plupart des députés et des cadres du parti qui ont tenté de l’évincer au lendemain du référendum sur l’Europe fin juin.

    Face à un leader qu’ils estiment trop à gauche, incompétent et incapable de ramener le Labour au pouvoir, les rebelles ont présenté un seul candidat, Owen Smith, un député jusque-là quasiment inconnu.

    Mais vu par les militants comme une pâle copie de Jeremy Corbyn, ce gallois de 46 ans n’a que très peu de chances de l’emporter et pour Tony Travers, politologue à la London School of Economics, les deux camps n’auront d’autre choix après cette élection que d’enterrer la hache de guerre : « Si Jeremy Corbyn est réélu à la tête du Labour, il faudra qu’il y ait une période de réconciliation, toute forcée soit-elle… Je ne pense pas que le parti éclatera, les travaillistes tenteront de survivre en une seule entité tant bien que mal parce que tout indique qu’une scission leur fera perdre encore plus de votes ».

    Mais le rabibochage s’annonce difficile tant le conflit est devenu violent et les seuls qui pourraient en sortir vainqueurs sont les conservateurs, ravis de n’avoir aucun obstacle devant eux avant les législatives de 2020.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.