GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Mai
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Irlande: des milliers de personnes défilent à Dublin en faveur de l'avortement

    media Les manifestants ont marché sous la pluie en direction du siège du gouvernement scandant des mots d'ordre et brandissant des pancartes avec ce slogan: «Mon corps, mon choix!» REUTERS/Clodagh Kilcoyne

    Des milliers de personnes ont défilé ce samedi après-midi 24 septembre 2016 dans les rues de Dublin à l’occasion de la 5e marche annuelle en faveur de l’avortement. Une question toujours très sensible en Irlande où l’avortement reste illégal, sauf en cas de danger mortel pour la mère. C’est ce que prévoit le 8e amendement à la Constitution voté en 1983. Mais nombreuses sont les voix qui réclament un changement radical.

    Avec notre correspondant à Dublin,  Julien Lagache

    « You rose, you repeal ! » « Debout pour l’abrogation ! » C’est le mot d’ordre qui a rassemblé plusieurs générations dans le centre de Dublin malgré la pluie. Parmi les plus jeunes, Anna réclame un droit à l’avortement sans condition. « Il n'existe pas de bon ou de mauvais avortement, il n'existe qu'un droit pour les individus de faire des choix et de disposer de leur corps », dit-elle.

    Malgré cette ligne dure en Irlande, les consciences évoluent d’après Alice, une artiste engagée dans le mouvement : « L'an dernier, les Irlandais ont voté pour le mariage homosexuel lors d'un référendum, ils ont opté pour le libre choix des gens et je pense que c'est un élément qui va aussi peser sur le droit à l'avortement. »

    D’ailleurs, l’opinion et certains parlementaires pressent de plus en plus les autorités. Mais pour Lorcan, militant pro-avortement, le gouvernement préfère temporiser. « Le gouvernement est paralysé. Il a peur de perdre ce qu'on appelle le vote de la classe moyenne et le vote rural. Mais il est à court d'excuses, il ne pourra plus reculer très longtemps sur la question », explique-t-il.

    Finalement, c’est peut-être l’Assemblée citoyenne qui sera mise en place le mois prochain qui aura à s’exprimer sur le sujet, trop sensible politiquement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.