GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: les réactions à la réélection de Corbyn

    media Le radical Jeremy Corbyn a été largement réélu ce samedi 24 septembre 2016 à la tête du Labour. REUTERS/Stefan Rousseau/Pool

    Réélu avec près de 62% des voix, le militant anti-austérité et pro-immigration de 67 ans a augmenté de plus de deux points son score de l'an dernier, loin devant son unique rival, le député gallois Owen Smith.

    Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

    Accueillie par un tonnerre d'applaudissements, la réélection triomphale de Jeremy Corbyn a signé la défaite des nombreux députés qui voulaient l’évincer et conforté sa légitimité à la tête du parti. Se voulant magnanime et rassembleur, le vétéran radical a immédiatement appelé ses troupes à serrer les rangs pour mener sa politique de changement, à la plus grande joie de ses supporteurs réunis à Liverpool.

    « Je suis très heureuse que Jeremy Corbyn ait gagné et les députés doivent maintenant travailler avec lui. S’ils ne sont pas contents, ils n’ont qu’à s’en aller, car les militants ont parlé, ils devraient nous écouter : nous voulons que Jeremy Corbyn soit notre leader et ils doivent maintenant aller dans son sens », estime une jeune militante.

    Du côté des opposants à Jeremy Corbyn, la pilule est difficile à avaler, ils n’ont d’autre choix que de composer avec le leader, mais préviennent, comme la députée Lilian Greenwood qu’il n’a plus le droit à l’erreur :

    « Jeremy a obtenu ce mandat, il doit maintenant se montrer à la hauteur et faire mieux que l’an dernier. Nous devons devancer les conservateurs dans les sondages ; nous devons avoir l’air d’une opposition crédible et d’un parti de gouvernement, c’est ça le challenge pour lui maintenant. »

    Mais avec un parti travailliste qui traîne dans les sondages, le défi de battre les conservateurs lors des élections de 2020 s’annonce pour l’instant bien difficile à relever.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.