GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    • Rohingyas: Washington annonce des mesures contre l'armée birmane
    Europe

    Royaume-Uni: Corbyn réélu, quel avenir pour le Labour?

    media Jeremy Corbyn a été réélu le 24 septembre à la tête du Parti travailliste britannique, en l'emportant largement face à la fronde des parlementaires modérés qui contestent sa capacité à remporter les prochaines législatives. REUTERS/Peter Nicholls

    Réunis à Liverpool pour leur congrès annuel, les travaillistes britanniques ont reconduit à près de 62 % des voix Jeremy Corbyn à la tête de leur parti. Fort de cette légitimité renforcée, le dirigeant radical estime désormais avoir les mains libres pour imposer son programme politique mais de profondes divisions demeurent au sein d'une formation en crise et beaucoup s'interrogent sur le devenir du parti.

    De notre envoyée spéciale à Liverpool, Muriel Delcroix

    Les militants pro-Corbyn ont fêté tout le week-end, dans les rues de Liverpool, la réélection de leur mentor à la tête du Parti travailliste. Ils veulent voir désormais Jeremy Corbyn défendre sans compromis ses idées radicales, quitte à faire taire ou même exclure les députés qui le combattent dans son propre camp.

    « Le fossé au sein du Labour est irréconciliable. Mais je préfère de loin avoir un plus petit nombre de députés qui vont défendre ce en quoi nous croyons plutôt qu'un parti sans réelles convictions et pour lequel personne ne voudra voter », estime ainsi un militant.

    Les nouveaux adhérents travaillistes envisagent donc le Labour comme un mouvement protestataire quand ses députés veulent un parti de gouvernement et cette fracture pourrait lui être fatale selon Kevin McGuire, éditorialiste au quotidien de gauche Daily Mirror : « Les gens ne votent pas pour des partis qui sont divisés : si un parti est en proie à une guerre interne, il n'arrivera pas à se faire entendre, donc ça va être très difficile pour le Labour de revenir au pouvoir. »

    Une longue traversée du désert en perspective donc pour le Labour qui laisse ses adversaires conservateurs au comble du ravissement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.