GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 15 Décembre
Lundi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Les Polonaises descendent en masse dans la rue pour défendre le droit à l’IVG

    media Tout au long de la journée de ce lundi 3 octobre 2016 des foules ont rempli des grandes places des principales villes du pays pour manifester contre l'interdiction quasi totale de l'IVG. Agencja Gazeta/Slawomir Kaminski/via REUTERS

    Habillez-vous en noir, cessez de travailler et descendez dans la rue ! Tel était le message lancé sur Facebook aux Polonaises pour défendre leur droit à l'avortement. Et elles ont répondu présentes. Plusieurs dizaines de milliers d'entre elles se sont rassemblées, ce lundi 3 octobre, dans le centre de la capitale polonaise. L'enjeu est de taille. Le nouveau projet de loi vise à interdire de façon quasi totale l'IVG et les femmes le pratiquant de manière illégale pourraient même aller en prison. Reportage.

    Avec notre correspondant à Varsovie,  Damien Simonart

    Sous une marée de parapluie, elles sont des dizaines de milliers, vêtues de noir, à braver la pluie. Dans la foule, énormément de jeunes femmes, dont Magda 30 ans, surprise de voir une telle mobilisation. « Je suis très fière des femmes polonaises, qu'elles aient eu le courage d'exprimer leur opinion, car personne ne devrait jamais nous obliger à faire quelque chose qui met notre vie en danger », dit-elle.

    L'avortement est encore légal en Pologne dans trois cas : si le fœtus a une maladie incurable, si la grossesse résulte d'un viol ou si la vie de la mère est en danger. Le nouveau projet de loi supprime les deux premiers cas.

    « Je n'aime pas ce que fait le gouvernement polonais avec les femmes. Malheureusement, nous prenons la direction de pays comme l'Afghanistan et des pires pays au monde », déplore Jolanta, la cinquantaine.

    Michael, jeune adulte, est l'un des nombreux hommes à soutenir la grève des femmes. « Chacun devrait participer. Les hommes et les femmes doivent avoir un message commun. Sans cela, on ne peut pas avoir une nation unie », estime-t-il.

    Pendant ce temps, au cours d'une messe spéciale devant plusieurs centaines de fidèles habillés en blanc. l'archevêque de Varsovie appelle à prier pour ceux qui se rendent responsables de l'avortement.

    A (re)lire → Pologne: bataille au Parlement entre adversaires et partisans de l'avortement

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.