GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Poutine à Istanbul: la stratégie énergétique au centre de la visite

    media La réconciliation avec le président turc va se faire autour des dossiers énergétiques, pour Vladimir Poutine. (Photo de la visite du président russe à Ankara le 1er décembre 2014). REUTERS/Mikhail Klimentyev/RIA Novosti/Kremlin

    Vladimir Poutine se rend à Istanbul le 10 octobre. Le président russe effectue là sa première visite en Turquie depuis la reprise des relations entre les deux pays fin juin, après 7 mois de brouille. La visite du président Erdogan à Saint-Pétersbourg, début août, avait scellé leur réconciliation. Moscou semble donc avoir oublié l'affront d'Ankara dont l'aviation avait abattu un chasseur russe le 24 novembre 2015.

    Avec notre correspondante à MoscouMuriel Pomponne

    Vladimir Poutine va assister à Istanbul au Congès mondial de l'énergie et il s'entretiendra avec son homologue turc. Rien d'étonnant à ce que la réconciliation se fasse sur les dossiers énergétiques. La Turquie importe plus de la moitié de son gaz de Russie. Et Moscou verrait d'un bon oeil le redémarrage du projet de gazoduc Turkish Stream, au moins pour la partie destinée au marché intérieur turc, faute d'approvisionner l'Union européenne.

    Enfin, Moscou espère la reprise de la construction de la centrale nucléaire d'Akkuyu, dont l'Agence fédérale de l'énergie atomique russe Rosatom avait posé la première pierre en 2015 avant le gel du projet. Mais nul doute que les deux hommes parleront aussi de la Syrie. La Turquie, membre de l'Otan, a longtemps eu comme principal objectif en Syrie la chute du régime de Bachar el-Assad. Un objectif doublé d'une volonté d'éviter toute autonomie kurde en Syrie.

    Depuis sa réconciliation avec Moscou, Ankara a mis son premier objectif en sourdine. Et Moscou a cessé d'apporter son soutien aux Kurdes. Pour autant, on est loin d'un changement d'alliance. Mais le nouveau positionnement d'Ankara lui permet de faire pression sur les Occidentaux et permet à la Russie de montrer qu'elle n'est pas isolée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.