GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Septembre
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    La Russie et la Turquie signent le projet de gazoduc TurkStream

    media Le président russe Vladimir Poutine (g) avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'une conférence de presse à Istanbul, le 10 octobre 2016. REUTERS/Osman Orsal

    La Russie et la Turquie ont signé leur réconciliation ce lundi 10 octobre avec la signature d'un accord sur la réalisation du projet TurkStream pour acheminer le gaz russe vers l'Europe en passant sous la mer Noire. 

    C’est la première fois que le président russe mettait les pieds en Turquie, depuis la fin de la brouille entre les deux pays. Et pour marquer ce réchauffement, les deux présidents ont signé l’accord sur la construction du gazoduc TurkStream qui devrait à terme acheminer le gaz russe vers la Turquie et l’Europe, rapporte notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette.

    Le projet TurkStream avait été rendu public il y a deux ans, en même temps que l'abandon du projet South Stream bloqué par l'Union européenne en pleine crise ukrainienne. 

    Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan se sont également entendus pour accélérer le projet de la première centrale nucléaire en Turquie qui devrait être construite par les Russes. 

    Bref, le dossier de l'énergie est utilisé pour retisser les liens entre les deux voisins : les Turcs vont bénéficier en contrepartie de TurkStream d'un rabais sur le gaz russe.

    Autre sujet majeur : la Syrie. Moscou et Ankara ne s'entendent toujours pas sur le sort de Bachar el-Assad, mais le ton est nettement moins virulent que par le passé. Un changement qui n'est certainement pas étranger au grand froid entre la Turquie et les capitales occidentales, depuis le putsch raté du 15 juillet.

    →(Re)lire: «Turkish Stream»: la nouvelle bataille du gaz aura-t-elle lieu?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.